Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La rébellion congolaise du Mouvement du 23 mars (M23) se trouve aux portes de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu. Elle est prête à repousser "très loin" l'armée qu'elle affronte dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Les combats ont provoqué la fuite de l'armée, des autorités et de civils.

Le responsable militaire du M23, le colonel Innocent Kayina, a indiqué avoir installé son poste de commandement à la hauteur du camp de Munigi, principal camp des Nations unies à la sortie de Goma, tenu par un bataillon sud-africain, à environ trois kilomètres du centre-ville. Un journaliste de l'AFP sur place a constaté que les rebelles y étaient positionnés.

"Si les FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo) nous attaquent, on prendra la ville ( ...) nous nous sommes battus pour hausser la voix de nos revendications", a dit dans l'après midi à l'AFP Innocent Kayina.

"Beaucoup de militaires et d'autorités (de la province) sont partis (de Goma)", a déclaré une source onusienne. Selon une source militaire occidentale, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, est parti. Cet élément a ensuite été confirmé de source administrative.

Demande par le M23

Fuyant les combats, des colonnes de centaines de déplacés - et des militaires ayant quitté le front - étaient arrivées auparavant aux portes de Goma avec leurs effets personnels et leurs chèvres, en espérant rejoindre d'autres camps de déplacés, a constaté un journaliste l'AFP sur place.

Samedi, des hélicoptères de combats de la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO) étaient intervenus en soutien à l'armée congolaise, ce qui n'a pas empêché les rebelles de prendre la petite ville de Kibumba, à 25 kilomètres au nord de Goma. Le M23 a "mis en garde" dimanche la MONUSCO en lui intimant de cesser de soutenir l'armée.

Le gouvernement de la RDC et l'ONU accusent le Rwanda, pays frontalier de l'est de la RDC, de soutenir les rebelles, ce que Kigali dément. Un autre pays voisin, l'Ouganda, est aussi accusé par l'ONU de soutenir les rebelles mais Kampala nie toute implication.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS