Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces de l'ordre se dispersent à Kinshasa

KEYSTONE/AP/JOHN BOMPENGO

(sda-ats)

Kinshasa a retrouvé un calme précaire mercredi matin. Dans les quartiers du centre et du sud de la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), la vie a commencé à reprendre un cours normal après deux jours d'affrontements.

En début de matinée, les transports en commun fonctionnaient de nouveau, mais la situation était plus fluide qu'un jour normal dans cette mégapole de 10 millions d'habitants habituée aux embouteillages. Les vendeurs à la sauvette qui avaient disparu déambulaient de nouveau transportant leurs marchandises sur la tête.

Les pompes à essence et les boutiques avaient majoritairement rouvert. En revanche pas d'écoliers visibles dans les rues, les parents préférant les garder un troisième jour à la maison.

"On ne refuse pas que les gens revendiquent leurs droits, mais ce qui me fait mal, c'est qu'on ait cassé et pillé" des commerces susceptibles de donner de l'emploi à la grande majorité de la population qui en manque cruellement, s'offusque un jeune habitant de Kinshasa dans le quartier 1 de Ndjili dans le sud de la ville.

En quête d'emplois

Un peu plus loin, un dépôt du parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo créé il y a 2 ans par le gouvernement a été totalement pillé. Il n'y reste que des conteneurs vides. "La grande majorité de la population n'a pas les moyens de manger le maïs produit au Congo", constate cet habitant, pour qui "la colère pousse aujourd'hui les gens à piller".

"On n'a pas de problème particulier avec le président Joseph Kabila, mais nous attendons qu'il dise publiquement qu'il ne va pas se représenter" et "que le président qui lui succédera donne de l'emploi aux gens", ajoute-t-il.

Plus de 100 morts?

Les violences ont commencé lundi matin en marge d'une manifestation d'opposition à trois mois et un jour de la fin du mandat de Joseph Kabila à la présidence, pour lui signifier son "préavis". La marche a rapidement dégénéré en heurts avec les forces de l'ordre. Les violences se sont poursuivies mardi et ont été accompagnées de nombreux pillages ou actes de vandalisme.

Elles ont fait "plus de 100 morts", selon un bilan annoncé mercredi soir par l'UDPS, parti d'opposition historique RDC, contestant ainsi le bilan officiel provisoire de 32 morts donné auparavant par la police.

La constitution congolaise interdit à Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se représenter, mais le chef de l'Etat ne donne aucun signe de vouloir quitter son poste alors que la présidentielle apparaît désormais impossible à organiser dans les temps.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS