Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président sortant Joseph Kabila devrait être désigné vainqueur ce jeudi de la présidentielle du mois dernier en République démocratique du Congo (RDC). Des troubles sont à craindre, car l'opposant Etienne Tshisekedi a toujours rejeté les chiffres partiels le donnant perdant.

La Commission électorale (Céni) a indiqué mercredi soir qu'elle annoncerait jeudi les résultats complets du scrutin à un tour, se refusant à livrer un dernier décompte partiel, alors qu'elle disposait de chiffres sur plus de 90% des bureaux de vote.

Selon les derniers résultats partiels livrés mardi soir pour les 11 participants, Joseph Kabila creusait l'écart sur son principal rival, Etienne Tshisekedi.

Sur un peu plus de 89% des bureaux de vote, Kabila, 40 ans, élu en 2006, est crédité de 49% des suffrages et devance d'environ 2,6 millions de voix le vieil opposant de 78 ans (33,3%), qui rejette ces chiffres depuis le début du décompte. Aucun taux de participation n'est donné.

Irrégularités et fraudes

Face à cette victoire annoncée, le parti d'Etienne Tshisekedi a dès le début considéré comme "nuls" les chiffres partiels de la Céni qui ont toujours donné l'avantage à Kabila, estimant qu'ils ne reflétaient pas "la vérité des urnes", et dénonçant des irrégularités et fraudes lors du scrutin.

Officiellement, le nom du vainqueur sera proclamé le 17 décembre par la Cour suprême de justice (CSJ). Le climat de tension qui prévaut ces derniers jours dans le pays et particulièrement à Kinshasa, devrait s'accroître jeudi.

ATS