Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Sans doute mon meilleur but": auteur d'un retourné acrobatique et anthologique, Cristiano Ronaldo a ajouté un bijou à sa collection mardi contre la Juventus, après des années à polir ce geste.

Le symbole de la persévérance du Portugais, lancé vers une possible troisième Ligue des champions d'affilée.

Avant ce quart de finale aller remporté 3-0 par le Real Madrid, Ronaldo avait tenté à d'innombrables reprises cette bicyclette aérienne sous le maillot merengue. A chaque fois, le ballon lui avait échappé. A chaque fois, jusqu'au jour J comme Juve.

A Turin, l'astre madrilène a montré un double sens du timing: d'abord en dosant parfaitement son saut, son ciseau et sa frappe, ensuite en choisissant parfaitement son moment, le but du 2-0 et du k.-o.

La presse l'a mesuré à plus de 2 mètres au-dessus du sol. Une détente hors norme pour un athlète hors pair, qui passe des heures en salle de musculation ou à répéter ses gammes face au but.

"C'était spectaculaire, j'ai sauté très haut. Donc évidemment c'est un but qui restera dans les annales. C'est sans doute mon meilleur but", a savouré l'attaquant-vedette du Real au micro de la chaîne du club.

"Cela faisait très longtemps que je cherchais à marquer comme ça. Avec les circonstances du match, cette idée m'est passée par la tête et j'ai bien pris le ballon. D'autres fois, je prenais le ballon mal, mais il faut toujours essayer. J'ai essayé et j'ai marqué un but de gala", a-t-il souri.

La persévérance qui paye, voilà qui résume bien la carrière du natif de Madère (33 ans) dont la principale qualité, selon son entraîneur Zinédine Zidane, est son "abnégation" dans le travail quotidien.

Le monde du foot ébloui

Debout après ce but, le public turinois n'a pu qu'applaudir un adversaire aussi grandiose.

"Je suis très ému. La Juve a toujours été un club qui me plaisait étant petit et quand de tels supporters t'applaudissent, cela te reste gravé dans le coeur", a réagi Ronaldo.

De l'avis général, ce geste est déjà favori pour le "Prix Puskas" du meilleur but de l'année. En attendant d'être diffusé encore et encore au stade Santiago-Bernabeu avant les matches, comme la célèbre volée de Zidane en finale de la C1 2002.

"Il n'est peut-être pas aussi beau que le mien à Glasgow, mais c'est le dernier qui compte", a plaisanté le Français. "C'est un des plus beaux de l'histoire du foot, oui."

"Cristiano Ronaldo a marqué le but de sa vie", s'est enthousiasmé le quotidien espagnol El Mundo. "Le ciseau qu'il espérait depuis des années, la photo qui manquait au meilleur attaquant de l'histoire."

"LE BUT", a simplement titré en 'Une' le quotidien sportif madrilène Marca.

Même admiration à Barcelone où Mundo Deportivo, pourtant pro-Messi et anti-Real, évoque "le génial ciseau" du Portugais.

En Italie, enfin, l'éblouissement a été unanime.

"Un Martien dans le ciel", a titré la Gazzetta dello Sport, évoquant un but d'"assassin élégant". "Un retourné de couverture d'album Panini", a écrit Tuttosport.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS