Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bâle - Une équipe internationale de chercheurs avec participation bâloise a mis en évidence une interaction entre deux protéines qui jouent un rôle-clé dans l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Ils sont parvenus à stopper cette interaction chez des souris.
Forme la plus fréquente de démence, l'Alzheimer est caractérisée par le dépôt dans le cerveau de deux sortes de fragments de protéines ayant pris une forme pathogène. A l'extérieur des neurones se forment des amas de bêta-amyloïdes, tandis qu'à l'intérieur apparaissent des agrégats de protéines tau.
Une équipe de l'Université de Sydney est parvenue à trouver le lien entre ces deux protéines, a indiqué l'Université de Bâle, dont la neurobiologiste Anne Eckert a participé à ces travaux.
C'est l'interaction entre ces deux protéines qui est à l'origine de la mort des neurones dans le cerveau des patients frappés d'Alzheimer, comme l'écrivent les chercheurs dans la revue "Cell". Ils ont tenté d'inhiber cette interaction grâce à une petite molécule chez des souris et les résultats ont été jugés impressionnants.
Administrée à un stade précoce de la maladie, la substance a réduit drastiquement la mortalité et les troubles de la mémoire chez ces animaux. En collaboration avec l'industrie pharmaceutique, les scientifiques entendent maintenant développer des applications pour l'homme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS