Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La formation et la recherche devraient bénéficier de 26 milliards de francs pour 2013-2016. Le Conseil fédéral a demandé mercredi au Parlement de libérer ces moyens. Malgré les économies qui pendent au nez en raison de l'achat des avions de combat, les crédits devraient croître en moyenne de 3,7% par an.

L'enveloppe allant à l'encouragement de la formation, de la recherche et de l'innovation (FRI) à proprement parler se monte à 23,878 milliards pour quatre ans. Les crédits atteignent 26,079 milliards si on ajoute les moyens prévus pour les programmes-cadres européens de recherche, a précisé Alain Berset devant la presse.

"La croissance nominale atteint presque 50% si l'on pense que l'enveloppe 2004-2007 se montait à 17 milliards", a fait valoir le conseiller fédéral. C'est un "gros investissement, particulièrement important pour l'avenir de notre pays; la qualité de notre formation est une de nos richesses".

Pour le gouvernement, il s'agit de défendre l'excellence de la Suisse, qui se manifeste par exemple par une qualité très élevée de la maturité gymnasiale et de la recherche. Preuve de sa volonté, le taux de croissance supérieur des moyens accordés par rapport aux autres domaines politiques.

Formations professionnelles vantées

Les Ecoles polytechniques fédérales devraient se tailler la part du lion avec près de 9,5 milliards (+3,9%). Le Fonds national de la recherche devrait obtenir 3,7 milliards et la formation professionnelle 3,6 milliards.

La part fédérale des contributions aux hautes écoles spécialisées augmentera chaque année pour atteindre progressivement 30% d'ici 2015, a précisé Johann Schneider-Ammann. Et le ministre de l'économie de vanter la valeur du système de formation professionnelle prévalant en Suisse.

Dans l'enveloppe 2013-2016, les universités cantonales devraient quant à elles toucher 3 milliards. C'est 50 millions de moins que les crédits demandés.

La commission pour la technologie et l'innovation profitera de la plus forte hausse, avec une croissance de 5,7% à 547 millions. Le domaine spatial devra se contenter de 528 millions, lui qui rêvait d'en obtenir 575.

ATS