Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bruxelles - Une Belge de 26 ans a été reconnue coupable mercredi d'avoir assassiné sa rivale en amour en sabotant son parachute peu avant un saut, à l'issue d'un procès qui a passionné la Belgique. La peine, de trois ans à la perpétuité, sera prononcée lors d'une nouvelle délibération.
Les douze membres du jury populaire ont estimé établie la culpabilité de l'accusée, une institutrice flamande qui clamait son innocence depuis le début de cette affaire digne d'une série policière, a annoncé le président de la cour d'assises de Tongres, dans le nord-est du pays.
Les jurés ont répondu "oui" à la question de sa culpabilité et également "oui" à celle portant sur la préméditation, a déclaré le président, Michel Jordens. L'accusée est restée sans réaction, selon les images de la télévision privée flamande VTM.
Selon le droit belge, la peine sera prononcée à l'issue d'une seconde délibération, après une nouvelle plaidoirie de la défense et un nouveau réquisitoire du parquet. L'accusée risque de trois ans de prison à la réclusion à perpétuité.
Mercredi matin, prenant une dernière fois la parole, elle avait à nouveau nié avoir tué sa rivale, 38 ans, qui était membre du même club de parachutisme qu'elle et avec qui elle partageait un amant.
Lors des plaidoiries, son avocat avait réclamé son acquittement, soulignant l'absence de preuve matérielle démontrant que la jeune femme avait bel et bien sectionné les sangles du parachute de sa rivale. Pour le procureur Patrick Boyen, la culpabilité de la jeune femme, qui est apparue tour à tour distante, combative ou fragile durant le procès, ne faisait cependant aucun doute.
"Ce sont des faits crapuleux commis par un tueur psychopathe. Elle voulait une relation exclusive" et "c'est là son mobile", avait-il lancé lors de son réquisitoire.
Le 18 novembre 2006, les deux femmes et l'amant avaient effectué un saut en commun. Mais le parachute de l'un des deux ne s'est jamais déployé. La mère de trois enfants, épouse d'un bijoutier de la région d'Anvers, avait fini sa chute dans un jardin, tuée sur le coup.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS