Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien procureur général du canton de Genève Daniel Zappelli n'aura pas mis longtemps à retrouver de l'embauche. L'ex-patron du Ministère public genevois quitte la Suisse pour Dubaï, où il exercera une activité de conseiller auprès de multinationales.

L'information, révélée par "Le Temps" mercredi, a été confirmée par M. Zappelli dans une interview donnée au site Internet du "Matin". "Avec mon épouse, nous avons décidé de nous offrir un nouveau départ. J'ai décidé de réorienter ma carrière ce qui implique de voguer vers d'autres cieux plus ensoleillés."

A Dubaï, l'ancien magistrat va se mettre au service de multinationales. Il ne travaillera ni en tant qu'avocat, ni dans le domaine de la finance, a-t-il précisé. M. Zappelli n'a pas voulu nommer les sociétés qu'il va conseiller. Il compte passer quelques années dans l'émirat.

Démission en milieu de mandat

Daniel Zappelli a quitté ses fonctions de procureur général de Genève fin mars, en plein milieu de son mandat. Il s'était retrouvé dans la tourmente après la démission en bloc de ses quatre adjoints au Ministère public, qui lui reprochaient notamment son manque de "leadership" et son incapacité à réorganiser la justice genevoise.

M. Zappelli, 48 ans, dirigeait le Ministère public genevois depuis 2002. Il a été remplacé au début du mois d'avril par l'avocat et ancien député PLR au Grand Conseil genevois Olivier Jornot.

Durant son mandat, M. Zappelli a livré une guerre sans merci aux squats genevois. En 2007, c'est sous sa férule que l'emblématique squat Rhino a été évacué. Il a aussi soutenu l'accusation dans le procès de la débâcle de la Banque cantonale de Genève (BCGE) et été placé sous les feux des projecteurs dans l'affaire Stern.

ATS