Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les paysans ont exporté pour 7,8 milliards de francs de produits agricoles en 2010. Il s'agit d'un record, selon le nouveau rapport agricole. Les importations sont restées stables à 11,5 milliards. Mais la situation pourrait changer cette année en raison de la force du franc.

La pression augmente sur les prix des produits agroalimentaires destinés au marché intérieur mais aussi pour des exportations, a déclaré lundi le directeur de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) devant la presse. En place depuis juillet, Bernard Lehmann a présenté pour la première fois devant la presse le rapport agricole 2011.

La cherté du franc, qui renchérit d'environ 15% les produits, a des conséquences sur le marché intérieur, avec l'essor du tourisme des achats à l'étranger, et sur les exportations, qui reculent. Il a fallu rogner sur les marges, mais la pression demeure.

La Confédération pourrait intervenir. Des coups de pouce financiers sont en discussion au sein des commissions parlementaires, a révélé M. Lehmann. Les 10 millions injectés par le biais du paquet de lutte contre le franc fort en faveur des exportations des denrées alimentaires transformées ne couvrent pas tous les secteurs. Le fromage en est par exemple exclu, a rappelé le directeur de l'OFAG.

En 2010, le revenu par exploitation a reculé de 8,5% à 55'200 francs. Mais en comparaison à long terme, la situation est plutôt stable. Le nombre d'exploitations agricoles a continué de baisser: à la fin de l'année, la Suisse en comptait 59'065, soit près d'un millier de moins qu'en 2009. Le nombre de personnes travaillant dans le secteur a diminué de 2000 pour s'établir à près de 167'500.

ATS