Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En 2011, le Centre suisse d'information toxicologique (Tox) a reçu 35'568 appels, ce qui représente une hausse de 4% par rapport à 2010, qui avait déjà battu un record. Les premiers touchés sont les enfants (52%), dont 89% en âge préscolaire.

Cette hausse du nombre d'appels au numéro d'urgence 145 est la plus importante de l'histoire du Tox, a-t-il indiqué mercredi. Seules 10% des demandes sont effectuées à titre préventif, les autres résultant d'un contact toxique. Les consultations téléphoniques sont à disposition du public et des professionnels 24 heures sur 24.

Près de deux tiers des informations sont fournies aux victimes ou à leurs proches, le reste aux professionnels de la santé. Les causes d'intoxications les plus fréquentes sont les médicaments (36,9%), les produits ménagers (25,5%), les plantes (10%) et les produits techniques et industriels (6,3%).

Viennent ensuite les articles de toilette et produits cosmétiques (5,3%), les aliments et boissons (3,8%), les produits d'agriculture et d'horticulture (2,5%) et les produits d'agréments, drogues et alcool (3,4%).

Nette hausse pour les plantes

Chez les enfants, qui sont les plus touchés, 78% des cas ont été provoqués par des médicaments, des produits de ménage et des plantes. D'une manière générale, le nombre de cas d'exposition aux plantes a augmenté de manière significative, avec une hausse de 15,2%, soit 3000 expositions de plus qu'en 2010.

Les plantes les plus souvent en cause sont le laurier-cerise (217 cas/+90,4%), l'if commun (203/+84,5%) et des baies rouges non identifiées (178/+47,1%). Cela s'explique par la popularité des lauriers-cerises et de l'if, qui sont les plantes de jardin les plus répandues.

L'année passée, le Tox a aussi recensé 1521 demandes de renseignements concernant des intoxications chez les animaux, soit une hausse de 4,7%. Les principaux concernés ont été les chiens (69%) et les chats (21%), suivis par d'autres animaux domestiques et les animaux de rente.

ATS