Toute l'actu en bref

La décision de recourir au TAF a été prise à l'unanimité de la cinquantaine de membres présentes à l'assemblée mardi à Berne.

(sda-ats)

Convaincues que Berne ne prend pas toutes les mesures exigées par la Constitution pour éviter les conséquences catastrophiques du réchauffement, des aînées persistent. Elles recourront contre la décision du DETEC de ne pas entrer en matière sur leur requête.

La cinquantaine de membres de l'association des Aînées pour la protection du climat ont décidé mardi à l'unanimité de poursuivre leur action en justice. Elles déposeront vendredi leur recours auprès du Tribunal administratif fédéral (TAF) à St-Gall, a indiqué leur association dans un communiqué au terme de l'assemblée générale.

Les plus de 700 membres de l'association sont persuadées que les autorités contreviennent aux principes de développement durable, de protection de l'environnement ainsi que de droit à la vie, à la santé et à l'intégrité corporelle inscrits dans la Constitution et la Convention européenne des droits de l'Homme. Elles se disent "particulièrement déçues" de l'attitude de Doris Leuthard.

Son département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) "a refusé d'entrer en matière sur nos arguments. Nous avons décidé de lister les manquements des autorités et de documenter les conséquences graves qu'ils ont pour les femmes âgées", précise l'ex-conseillère nationale Anne Mahrer (Verts/GE), coprésidente de l'association, citée dans le communiqué.

Le DETEC avait annoncé la semaine dernière qu'il n'entrait pas en matière sur la requête déposée par 538 femmes âgées à l'automne 2016. Ces dernières reprochent au gouvernement le fait que les actuels objectifs climatiques de la Suisse ne remplissent pas les exigences minimales pour éviter les conséquences catastrophiques du réchauffement.

Examiner le fond

Dans sa réponse, le DETEC fait valoir que l'association des Aînées n'est pas habilitée à effectuer une telle démarche. Il n'entre donc pas en matière sur les arguments des requérantes. Ces dernières soulignent que ce sont les femmes âgées qui souffrent le plus des conséquences de la canicule dues au réchauffement climatique.

L'association cherche à imposer le droit fondamental à la santé, pour elles-mêmes et pour les générations futures. L'objectif est d'obliger le DETEC à examiner sérieusement les arguments et les exigences qu'elle a formulés. Les Verts suisses saluent la démarche et l'association bénéficie aussi du soutien de femmes plus jeunes ainsi que d'hommes, membres passifs.

ATS

 Toute l'actu en bref