Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Chine a interdit lundi à ses compagnies aériennes de payer la taxe sur les émissions polluantes, dite taxe carbone, imposée par l'Union européenne. La Commission européenne a immédiatement prévenu qu'elle ne reviendrait pas sur sa législation.

Du fait des pénalités prévues par l'UE, "ce serait beaucoup plus coûteux de ne pas respecter cette législation que de le faire", a averti un porte-parole européen.

Il a rappelé que l'UE était prête à exempter les compagnies originaires de pays qui mettraient en place un système de droits à polluer pour le secteur du transport aérien équivalent au dispositif européen.

Réchauffement climatique

Par cette loi entrée en vigueur au 1er janvier, les Européens veulent obliger toutes les compagnies aériennes, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique.

Selon la Chine, la loi européenne coûtera 800 millions de yuans (116 millions de francs) en 2012 à ses compagnies aériennes, et ce coût sera multiplié par quatre en 2020.

Amendes

A huit euros la tonne de CO2 actuellement, la mesure devrait rapporter 256 millions d'euros en 2012, selon la Commission européenne.

Si les compagnies ne se plient pas à la loi européenne, elles devront payer des amendes d'un montant de 100 euros par tonne de CO2 et pourront être interdites de vol dans l'UE.

ATS