Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal suprême fédéral brésilien (STF) a rejeté vendredi un recours du gouvernement. Celui-ci demandait d'annuler la procédure de destitution contre la présidente de gauche Dilma Rousseff, à deux jours d'un vote crucial des députés.

Cette décision a été adoptée par une majorité de 11 magistrats de la plus haute juridiction brésilienne dont les délibérations étaient retransmises en direct à la télévision.

Elle intervient à quelques heures de l'ouverture d'une assemblée plénière marathon du Congrès des députés qui doit statuer jusqu'à dimanche sur le sort de la dirigeante de gauche. Elle est accusée par l'opposition de maquillage de comptes publics.

Dimanche, l'opposition devra rallier les deux tiers de vote de la chambre basse (342 sur 513) pour que la destitution de la présidente soit soumise à l'approbation du Sénat. Faute de quoi elle serait automatiquement enterrée et Mme Rousseff sauverait son mandat.

En cas de vote défavorable des députés, la situation deviendrait extrêmement critique pour Mme Rousseff. Il suffirait en effet, courant mai, d'un vote à la majorité simple des sénateurs pour prononcer sa mise en accusation.

Elle serait alors écartée du pouvoir pendant un délai maximum de 180 jours dans l'attente d'un jugement final. Le vice-président Michel Temer assumerait immédiatement ses fonctions et formerait un gouvernement de transition.

ATS