Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a débouté une dizaine de proches de l'ancien président Hosni Moubarak. Il a confirmé le droit des nouvelles autorités égyptiennes d'être partie à la procédure ouverte contre eux par le Ministère public de la Confédération (MPC).

Depuis février 2011, près de 410 millions de francs appartenant à l'entourage de Moubarak sont bloqués en Suisse. Parallèlement à l'exécution des demandes d'entraide qui lui ont été adressées, le MPC a ouvert des procédures pour blanchiment ainsi que pour participation ou soutien à une organisation criminelle.

Visés par l'enquête, une dizaine de proches de l'ancien régime du président Moubarak par des liens familiaux ou professionnels avaient recouru. Elles avaient contesté la décision d'accorder à la République la qualité de plaignante à la procédure ouverte en Suisse.

Tunisie

Selon le TPF, la République arabe d'Egypte a bien été lésée par les actes de corruption supposés commis par le réseau de l'ex-président Moubarak. L'existence d'une organisation criminelle ne peut être exclue.

En mars dernier, le TPF avait rendu une décision similaire en faveur des autorités tunisiennes.

ATS