Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Relaxe des deux chrétiens non jeûneurs durant le ramadan

Aïn El Hamman - Les deux ouvriers chrétiens, interpellés durant le ramadan dans l'est de l'Algérie pour non respect du jeûne et jugés pour "atteinte à un précepte de l'islam" ont été relaxés mardi. Cette mesure est intervenue à la grande joie de dizaines de militants massés à l'extérieur du tribunal.
Un juge du tribunal de Aïn El Hamman, en Kabylie, a prononcé un non-lieu car "aucun article ne prévoit de poursuite" dans le cas de non respect du jeûne durant le ramadan, selon une traduction des propos en arabe du magistrat.
Le juge a suivi l'argument de la défense qui avait plaidé la relaxe lors de la comparution libre le 21 septembre de ces hommes de 44 et 34 ans. Le procureur avait réclamé trois ans de prison ferme.
"Je suis heureux du verdict", a déclaré à l'AFP l'un des acquittés. "Dès le premier jour du procès, j'avais demandé que justice soit faite. Justice a été faite", a ajouté cet ouvrier journalier qui a indiqué vouloir se consacrer désormais plus sereinement à sa petite fille et sa famille tout en continuant à militer pour une plus grande liberté religieuse.
Les deux ouvriers, chrétiens évangélistes, avaient été interpellés par la police le 13 août sur un chantier alors qu'ils venaient de finir de manger dans un lieu discret.
A l'extérieur du tribunal, le jugement a été applaudi par des centaines de personnes, parmi lesquelles des militants du MAK, Mouvement pour l'Autonomie de la Kabylie, du Congrès mondial amazigh, fondé en France par des militants kabyles, et de la Ligue de défense des droits de l'Homme, a constaté un journaliste sur place.
"Heureux" également, le président de l'Eglise protestante en Algérie, le pasteur Mustapha Krim, a rappelé qu'il s'agissait d'une "étape", une "bonne étape". "Nous allons continuer à exercer des pressions pour défendre les libertés religieuses" en Algérie, a-t-il aussi ajouté.
Le Collectif SOS Libertés a rendu hommage aux deux ex-accusés "qui ont assumé leurs convictions (religieuses) avec dignité et courage". Ce groupe d'Algériens, réunis pour défendre notamment la liberté religieuse dans ce pays quasi-exclusivement musulman, a également appelé dans un communiqué au renforcement de la solidarité avec d'autres accusés prochainement déférés devant la justice.
Le 10 octobre, quatre chrétiens seront jugés à Larbâa-Nath-Irathen, également en Kabylie, pour création d'un lieu de culte sans autorisation. Un autre procès est prévu le 8 novembre dans la région d'Akbou, en petite Kabylie. Les prévenus sont des non-jeûneurs durant le ramadan, au nombre de neuf, mais qui ne sont pas chrétiens.
L'islam est religion d'Etat en Algérie où les chrétiens seraient au nombre de 11 000 pour 35,5 millions d'habitants, selon le ministère des Affaires religieuses. Le pasteur Krim, selon lequel les conversions sont plus nombreuses depuis les années 1990, évalue les seuls protestants à 30 000, surtout en Kabylie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.