Navigation

René Fasel salue l'engouement des Biélorusses

Ce contenu a été publié le 19 mai 2014 - 15:12
(Keystone-ATS)

Genève - Derrière son éternelle moustache, René Fasel arborait un large sourire lundi à l'occasion d'une conférence de presse sur l'organisation du Championnat du monde de Minsk.
Et pour cause: très heureux de la fréquentation dans la capitale biélorusse, le président de la Fédération internationale (IIHF) espère bien que ce mondial sera celui qui aura attiré le plus de personnes. Si les prévisions pour les matches restants sont correctes, la fréquentation devrait battre le record détenu par Prague depuis 2004. En République tchèque, 552'000 supporters avaient assisté à l'événement. A l'heure actuelle, 432'000 personnes ont garni les gradins de la Minsk Arena et de la Chizhovka Arena, mais les dix-huit parties encore au programme devraient générer assez de monde pour atteindre les 600'000 spectateurs. "Et sur le plan télévisuel, nous devrions dépasser le milliard en téléspectateurs cumulés", annonce-t-il fièrement.
Ce succès populaire s'explique en partie en raison des équipes engagées. "Il y a presque quatre équipes qui jouent à la maison, juge le Fribourgeois. La Biélorussie, la Russie, la Lettonie et la Slovaquie. Mais franchement, on ne s'attendait pas à voir 11'000 spectateurs à 12h45 pour voir un Kazakhstan-Allemagne, surtout si l'on se souvient des audiences de l'an dernier en Suède. Pour moi, les Jeux de Sotchi étaient les meilleures Olympiades et ce Championnat du monde pourrait bien devenir le meilleur mondial."
Comme lors de chaque année olympique, le Fribourgeois a été questionné sur la tenue d'un Championnat du monde quelques mois après les Jeux. "Quand vous voyez l'engouement des gens, vous vous dites que ce serait une erreur de ne pas l'organiser cette année, a glissé le président de l'IIHF avec un sourire de circonstance. Si l'on décale le rythme et que l'on passe à un mondial tous les deux ans, les grands pays devront attendre vingt ans au lieu de dix actuellement. La Suisse l'a organisé en 1998 et 2009. On peut espérer une candidature légitime pour 2019 ou 2020 et non pas pour 2030."

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.