Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navy Pillay a été reçue jeudi à Berne par le chef de la diplomatie suisse Didier Burkhalter. La situation en Syrie a largement été évoquée. Berne veut que les enquêtes pour violations des droits humains aboutissent.

Mme Pillay et M. Burkhalter ont réaffirmé leurs préoccupations face "aux violences dont les civils continuent d'être victimes en Syrie", selon le communiqué du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Si des crimes contre l'humanité ont été commis, les deux parties rappellent qu'il est fondamental que "des enquêtes en vue de poursuivre tous les auteurs présumés de violations soient menées".

Ils ont aussi répété l'importance que tous les points du plan présenté par l'envoyé spécial Kofi Annan soient mis en oeuvre immédiatement par l'ensemble des acteurs du conflit syrien. M. Burkhalter et Mme Pillay veulent notamment que la mission d'enquête puisse remplir son mandat et que le Conseil de sécurité de l'ONU défère la situation à la Cour pénale internationale (CPI).

Réélection saluée

Début juin, Mme Pillay avait dit craindre "un conflit total" en Syrie. Choquée par le massacre les 25 et 26 mai à Houla, elle avait affirmé que ces actes "équivalent à des crimes contre l'humanité". Elle avait demandé aux autorités de Damas de donner accès à la Commission d'enquête internationale et appelé déjà le Conseil de sécurité à envisager de saisir la CPI, position également défendue par la Suisse.

Berne a aussi profité jeudi de sa visite pour saluer la réélection le 24 mai dernier de Mme Pillay pour deux ans à la tête du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, sur recommandation du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Le Haut-Commissariat de l'ONU est un partenaire important pour la Suisse et sa politique des droits humains, a rappelé jeudi le DFAE. La Suisse compte parmi les principaux donateurs de cette institution, avec 2,4 millions de francs accordés l'année passée.

ATS