Toute l'actu en bref

Le festival de musique francophone "Musique à la montagne" s'est déroulé au pied du Säntis.

Melchior Hochuli

(sda-ats)

La musique française et francophone était à l'honneur samedi et dimanche au pied du Säntis. La première édition du festival "Musique à la montagne - musique am Berg" voulait jeter un pont entre les communautés linguistiques à Schwägalp (AR).

Les premières notes de ce nouveau festival ont fait écho à la révision du téléphérique du Säntis. "Chaque année, au coeur de l'hiver, devra résonner au pied du sommet de la musique provenant de l'espace culturel francophone", souhaitaient samedi les organisateurs dans un communiqué.

Le festival a donc été l'occasion d'une rencontre entre chansonniers et musiciens classiques de Suisse romande, orientale, et de France. "Il jette ainsi un pont entre deux cultures, deux régions linguistiques et divers styles musicaux."

Les voeux des organisateurs ont été exaucés, puisque les concerts programmés ont fait le plein, avec plus d'une centaine de spectateurs, ont-ils indiqué à l'ats dimanche.

Décor enneigé

Les spectateurs ont pu apprécier, dans une ambiance hivernale et un décor enneigé mais au chaud, la chanteuse alémanique Annette Grieder. Elle a chanté en français, accompagnée par des musiciens. Samedi soir, le chansonnier fribourgeois Pierre-Do a donné un concert intitulé "Ma vie, mon bordel" avec un quintette à cordes.

Le festival s'est terminé dimanche avec le jeune et déjà réputé quatuor à cordes parisien Van Kuijk, lauréat de plusieurs prix, qui a interprété des pièces de Ravel, Debussy et Poulenc, ont précisé les organisateurs.

"Musique à la montagne" était placé sous le patronage d'Isabelle Chassot, directrice de l'Office fédéral de la culture. Interrogé sur la suite, un des deux organisateurs, Jürg Hochuli, a lancé: "Affaire à suivre, qui sait."

ATS

 Toute l'actu en bref