Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jean-Marie Cleusix (à gauche) a donné ses premiers cours à St-Maurice et son chef Oskar Freysinger a été entendu mercredi par la commission de gestion (cogest) du Grand Conseil (archives).

KEYSTONE/OLIVIER MAIRE

(sda-ats)

L'entrée en fonction de Jean-Marie Cleusix au collège de St-Maurice s'est déroulée sans heurt jeudi matin. Les étudiants ont renoncé à mener une action mais restent opposés à la nomination de l'ancien chef du service valaisan de l'enseignement.

Jean-Marie Cleusix a donné ses premières heures de cours au collège de St-Maurice jeudi matin. Sa nomination fait des vagues depuis plusieurs jours. Quatre cents étudiants ont signé une pétition pour protester contre le reclassement de l'ancien chef du service de l'enseignement auprès du collège.

Une action au sein de l'établissement scolaire était envisagée, mais elle n'a pas été retenue, ont indiqué jeudi à l'ats les étudiants à la tête de la contestation. Mis devant le fait accompli, ils ont préféré "rendre la cohabitation plus facile" et éviter "des tensions insupportables au bon fonctionnement de l'établissement".

Les étudiants soulignent toutefois que leur position n'a pas changé: ils sont toujours opposés au principe de cette nomination. Ils espèrent que les politiciens qui la contestent également sauront la combattre au Grand Conseil.

La nomination de Jean-Marie Cleusix a provoqué la réticence du corps professoral du collège. Elle a aussi heurté les partis socialiste, démocrate-chrétien et libéral-radical qui l'ont dénoncée d'une même voix comme une tentative de forcing de la part du chef du département Oskar Freysinger pour placer son ancien chef de service.

Enquête de la Cogest

Jean-Marie Cleusix a annoncé sa démission à la tête du service valaisan de l'enseignement le 27 juillet, officiellement pour des raisons de santé. Le gouvernement a décidé de nommer un groupe de travail pour identifier d'éventuels griefs à son encontre et de possibles dysfonctionnements dans son service.

Mercredi soir, la commission de gestion du Grand conseil valaisan (Cogest) a annoncé qu'elle avait rencontré Oskar Freysinger. Elle a salué "la transparence et l'ouverture qui ont prévalu" et annoncé qu'elle allait poursuivre sa propre enquête sur les éventuels dysfonctionnements au sein du service.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS