Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La Croix-Rouge suisse (CRS) a rejeté l'offre de l'Office fédéral des migrations (ODM) de servir d'observateur neutre lors des renvois forcés de requérants d'asile déboutés. Dès l'an prochain, ces observateurs seront obligatoires.
"Je regrette cette décision mais ce n'est pas une surprise", a déclaré dimanche soir le directeur de l'ODM Alard du Bois-Reymond à l'émission Forum de la RSR. Ce type de mission est délicat pour la CRS, a-t-il ajouté.
"On va maintenant ouvrir le concours à d'autres ONG", a poursuivi Alard du Bois-Reymond, qui a précisé avoir connaissance d'ONG intéressées à une telle mission.
Pour l'ODM, il importe surtout que l'organisation choisie ait une crédibilité interne mais surtout externe, soit aux yeux des pays où sont expulsés les requérants. Le directeur de l'ODM n'a pas précisé le délai dans lequel l'ONG devait être trouvée.
Mais il a rappelé que dès janvier 2011, un observateur indépendant devrait surveiller ce genre de renvois. Cette mesure est prévue dans une directive de l'Union européenne, que la Suisse reprendra comme Etat membre de l'Espace Schengen/Dublin.
La section suisse d'Amnesty International n'a pas été contactée par l'ODM, a indiqué à l'ATS sa porte-parole Manon Schick. Le rôle de l'organisation n'est d'ailleurs pas d'être un "observateur neutre" mais de dénoncer, souligne-t-elle. Selon elle, il appartient à la Commission nationale de prévention de la torture de recruter et former du personnel dans ce but.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS