Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Dès 2011, les vols de renvoi de requérants d'asile déboutés devront être accompagnés par des observateurs indépendants. C'est ce que stipule l'accord de Schengen, qui vaut aussi pour la Suisse. Mais l'Office fédéral des migrations (ODM) n'a encore pu recruter aucun observateur.
La Suisse ne pourra pas remplir les conditions de Schengen avant la mi-2011, a indiqué jeudi Eveline Gugger, vice-directrice de l'ODM, confirmant une information de la radio publique alémanique DRS. Elle explique ce retard par le fait que les organisations internationales sollicitées par l'office ont communiqué leur refus "relativement tard".
Mise au concoursParmi ces organisations figure la Croix-Rouge suisse (CRS), qui a fait part de son renoncement à la mi-octobre. "Nous empruntons maintenant une autre voie et procédons à une mise au concours publique", précise Mme Gugger. En cas d'urgence, la future organisation partenaire pourrait accompagner des vols dès janvier déjà.
La Suisse organise une cinquantaine de vols de renvois forcés par année, selon Eveline Gugger. La majeure partie d'entre eux ont des destinations à l'extérieur de l'espace Schengen. Pour ces vols, une nouvelle directive de l'accord de Schengen prescrit la présence d'accompagnateurs neutres dès janvier 2011.
En mars 2010, un Nigérian était décédé à l'aéroport avant un vol de renvoi. L'ODM avait alors suspendu momentanément ces vols. Ils ont repris en juin et sont désormais toujours accompagnés par un médecin. L'ODM avait en outre assuré qu'ils seraient aussi surveillés par un observateur indépendant dès janvier 2011.
L'ODM critiquéAmnesty International (AI) n'a aucune compréhension pour le retard avoué par l'ODM. "Nous nous demandons à quel point l'office fait preuve de sérieux dans cette affaire", a dit Daniel Graf, porte-parole de l'organisation de défense des droits de l'homme, interrogé par l'ATS. AI a exigé à plusieurs reprises la présence d'observateurs, déjà avant le décès du requérant nigérian.
L'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) s'associe à ces critiques: "Ce retard est incompréhensible. La nouvelle directive Schengen est connue depuis longtemps", a dit à l'ATS son porte-parole Adrian Hauser.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS