Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nicolas Hulot contraint de reculer malgré les encouragements des écolos (archives)

KEYSTONE/EPA/ETIENNE LAURENT

(sda-ats)

Le gouvernement français a admis mardi que l'objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025 serait difficilement réalisable. En colère, des écologistes parlent de "recul".

Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a reconnu qu'il "sera difficile de tenir ce calendrier sauf à relancer la production d'électricité à base d'énergies fossiles", évoquant ensuite une possible échéance de "2030 ou 2035".

Une loi de 2015 sur la transition énergétique prévoit de ramener de 75% à 50% d'ici à 2025 la part de l'atome dans la production d'électricité française, un objectif qui avait été fixé après des mois d'âpres débats au parlement.

Mais "si l'on veut maintenir la date de 2025 pour ramener dans le mix énergétique le nucléaire à 50%, ça se fera au détriment de nos objectifs climatiques", a estimé M. Hulot. "Et ça se fera au détriment de la fermeture des centrales à charbon et probablement que si l'on voulait s'acharner sur cette date, il faudrait même rouvrir d'autres centrales thermiques", a-t-il dit, s'appuyant sur des études du gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE.

Pour l'instant, seule la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim, en Alsace, à la frontière suisse, a été actée. Elle doit intervenir au moment de la mise en service par EDF (Electricité de France) d'une centrale nucléaire type EPR à Flammanville, dans le nord de la France.

"Reculade", regrettent les écolos

Les arguments de Nicolas Hulot, régulièrement accusé de servir de "caution" verte au président Emmanuel Macron, n'ont pas convaincu nombre de militants écologistes.

"Nicolas Hulot, ne vous trompez pas de combat !", a lancé mardi Greenpeace. "Ce n'est pas en reculant sur le nucléaire que la lutte contre les dérèglements climatiques s'accélèrera", a dénoncé l'ONG, appelant le ministre à être "le rempart" contre les lobbys du nucléaire ou du pétrole.

Le Réseau Action Climat a aussi regretté une "reculade" et le Réseau Sortir du nucléaire un "renoncement inacceptable" de l'ancien militant écologiste.

"Un nouvel arbitrage perdu pour le renouvelable. En restant au gouvernement, Hulot cautionne plutôt que freine ces renoncements", a commenté pour sa part le porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS