Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Reporters sans Frontières (RSF) publie lundi à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse sa liste actualisée des "40 prédateurs". Celle-ci recense dirigeants politiques, religieux ou organisations prenant pour cible le travail des journalistes.
Pas moins de 17 chefs d'Etat et de nombreux chefs de gouvernement figurent sur la liste, aux côtés de certaines forces armées régulières, d'organisations criminelles, mafieuses ou terroristes. Présidents chinois, iranien, rwandais ou tunisien disputent ces tristes honneurs aux FARC, à l'ETA ou aux Forces israéliennes ou palestiniennes.
Par continent, l'ONG stigmatise les plus féroces adversaires de la liberté d'expression. "En Amérique latine, les violences proviennent toujours du même quatuor infernal: narcotrafiquants, dictature cubaine, FARC et groupes paramilitaires". RSF souligne que "le continent africain voit également peu de modifications", mais que "certains rapports de force évoluent en revanche au Moyen-Orient et en Asie".
RSF, qui fête cette année ses 25 ans d'existence, lance par ailleurs une campagne avec trois affiches détournant les portraits des trois chefs d'Etat Kim Jong-il, Mahmoud Ahmadinejad et Mouammar Kadhafi. L'ONG rappelle que "depuis le début de l'année, neuf journalistes ont payé de leur vie leur liberté de ton et près de 300 professionnels de la presse et citoyens du Net sont actuellement en prison".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS