Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - L'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF) a annoncé mardi qu'elle allait héberger un site miroir des télégrammes diplomatiques américains de WikiLeaks. Elle déclare agir au nom de la protection des sources.
"Nous apportons symboliquement notre soutien au droit de WikiLeaks à publier des informations et à ne pas être entravé dans cette démarche", indique le communiqué de RSF. L'association dénonce aussi les pressions et les tentatives de fermeture du site.
Ces dernières "relèvent d'une atteinte au rôle de 'chien de garde de la démocratie' évoqué à propos de l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH)", estime l'organisation. Elle rappelle que "la Cour a plusieurs fois insisté sur le fait que ce rôle implique la protection des sources et l'absence de mesures gouvernementales destinées à faire taire ces sources".
RSF indique que que ce soutien ne s'inscrit que dans le cadre du partenariat mis en place entre WikiLeaks et des médias d'information. "Celui-ci sera réexaminé en fonction des activités et des contenus proposés à l'avenir par le site internet", précise RSF.
Plusieurs médias en ligne abritent déjà des sites miroirs (copie exacte d'un site) de WikiLeaks, comme les quotidiens norvégien Dagsavisen et français Libération. Des centaines d'autres sites miroirs de WikiLeaks ont été ouverts depuis les tentatives d'interdiction du site de Julian Assange dans certains pays début décembre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS