Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Yves Rossier s'est rendu quatre jours en Irak. Sur place, le secrétaire d'Etat du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a discuté de la réponse humanitaire suisse en Irak et échangé sur des sujets économiques et les défis migratoires.

"Il s’agissait de la première visite d’un représentant suisse de haut niveau dans le pays depuis plus de dix ans", indiquent vendredi dans un communiqué les services du conseiller fédéral Didier Burkhalter.

Ce voyage de mardi à vendredi devait permettre à M. Rossier d’intensifier les contacts avec les autorités fédérales irakiennes et les autorités régionales kurdes. Le secrétaire d'Etat souhaitait également d’obtenir des informations de première main sur la situation dans le pays, qui fait face au groupe Etat islamique.

A travers ses visites à Bagdad, Nadjaf et Erbil, le Fribourgeois avait pour but d'analyser la situation régionale avec les responsables irakiens, de voir les projets d’aide humanitaire de la Suisse et d’identifier les domaines d’action pour la coopération future, énumère le DFAE.

Mardi, Yves Rossier a discuté dans la capitale irakienne avec le ministre des affaires étrangères Ibrahim Al-Jaafari, le ministre de la défense Khaled Al-Obeidi et l’adjoint au ministre des finances.

Visite d'un camp

M. Rossier s’est aussi entretenu avec son homologue Nizar Al-Khairullah. "Les deux hommes ont analysé les relations bilatérales, abordé la réponse humanitaire suisse en Irak, et échangé sur des sujets économiques et sur les défis migratoires", résume le communiqué.

Changement de décor mercredi: Yves Rossier s’est rendu à Nadjaf, haut lieu du chiisme, pour y rencontrer le gouverneur et le grand ayatollah Muhammad Saeed Al Hakim.

Le secrétaire d'Etat est remonté dans le nord du pays jeudi. Dans la capitale de la région autonome du Kurdistan Erbil, Yves Rossier a discuté avec divers responsables, avant de visiter le camp de Baharka pour les personnes déplacées, où la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC) est active.

ATS