Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseil de surveillance de PSA, entité chapeautant les marques Peugeot, Citroën et DS, a donné vendredi son feu vert à la reprise d'Opel et Vauxhall. La naissance du 2e constructeur de voitures en Europe, derrière l'Allemand Volkswagen, doit être officialisée lundi matin (archives).

KEYSTONE/AP/MARTIN MEISSNER

(sda-ats)

L'acquisition annoncée d'Opel et Vauxhall par PSA représente pour le constructeur français une rare opportunité de croissance externe. Mais l'opération recèle des défis industriels, sociaux et donc politiques dans un secteur automobile exposé aux cycles économiques.

Le conseil de surveillance de PSA, entité chapeautant les marques Peugeot, Citroën et DS, a donné vendredi son feu vert à la transaction. Celle-ci doit être officialisée lundi matin lors d'une conférence de presse à Paris, donnant naissance au deuxième constructeur de véhicules en Europe, derrière l'Allemand Volkswagen.

Mais une fois les voeux prononcés, il faudra faire fonctionner ce mariage avec un partenaire à la culture différente et dans le rouge depuis 16 ans. Tout cela sous le regard vigilant de l'Allemagne et du Royaume-Uni.

Les termes de la transaction n'ont pour l'heure pas été divulgués, en particulier son montant, les engagements en termes de retraites ou encore le devenir des brevets. Pour le patron de PSA Carlos Tavares, l'acquisition de la division européenne de General Motors représente l'occasion de créer un "champion européen de l'automobile".

Part de marché pro-forma de 16%

S'il avait déjà existé en 2016, un groupe PSA-Opel aurait produit 4,3 millions de véhicules et détenu 16% du marché européen, derrière les 24% de Volkswagen."C'est pour PSA un grand bond en avant. Avant qu'ils aient pu faire 1,2 million de voitures de plus en croissance interne, il se serait passé beaucoup de temps", remarque Flavien Neuvy, directeur de l'observatoire Cetelem de l'automobile.

"Cette entreprise a besoin d'aide. Nous pensons qu'étant donné notre bilan, nous pouvons aider" à la redresser, a affirmé M. Tavares, qui a présidé depuis trois ans au spectaculaire rétablissement de PSA. "L'étendue des synergies et la vitesse à laquelle nous pourrons les appliquer sont assez importantes", a-t-il assuré.

Le rival français de PSA, Renault, a économisé 4,3 milliards d'euros en 2015. Ce dernier partage avec son partenaire japonais Nissan les fonctions d'ingénierie, de fabrication et de logistique, tout comme celles des achats et des ressources humaines.

"Pour réduire les coûts, il faut plus de volume. Quand on n'est pas sur le segment 'premium' (haut de gamme, NDLR), tout se joue sur les coûts, d'achat notamment, qui sont un levier énorme", confirme Marc Staudenmayer, associé du cabinet de conseil en entreprises Advancy, présent en France et en Allemagne.

Emplois sacrifiés

Même si PSA et Opel coopèrent déjà en matière industrielle, l'étape suivante, "développer des modèles qui ont plus de composants en commun, prendra plusieurs années", souligne M. Neuvy. Les maux d'Opel sont connus: sous-utilisation des usines, ventes peu rentables et gamme inadaptée sur fond d'image ternie.

La "cure Tavares" passera par l'emploi, prévient Stefan Bratzel, expert automobile allemand de l'institut CAM: "il va être nécessaire de réduire les surcapacités de production". De son côté, M. Staudenmayer estime que 5% des emplois totaux de PSA et Opel seront supprimés.

Le bilan de M. Tavares chez PSA est en effet aussi celui d'un amaigrissement des effectifs, encadré par des accords de compétitivité avec les syndicats. De 111'228 salariés en 2013, le nombre de collaborateurs a fondu à 95'669 en 2015, selon le dernier document de référence du groupe.

Londres - en plein "Brexit" - , Berlin et Paris ont prévenu qu'ils seraient attentifs aux conséquences sociales de l'accord. M. Tavares leur a donné des assurances sur l'emploi à court terme, mais "ça ne [lui] coûte rien" étant donné les délais nécessaires au bouclage de l'opération, relève M. Staudenmayer.

Dépendance au marché européen

Une fois les législatives allemandes de septembre passées, "il est évident que Carlos Tavares aura comme premier objectif de s'attaquer à l'emploi", a mis en garde la CGT. Et rapprocher deux cultures d'entreprise différentes "n'est jamais facile", prévient aussi M. Neuvy.

Mais l'expert remarque que M. Tavares, un ancien de Renault et Nissan, "a une expérience solide en la matière". L'équation PSA-Opel compte en outre une inconnue de taille: la tenue du marché automobile européen.

Après l'acquisition, le groupe sera encore plus dépendant de cette zone très disputée, y réalisant "pas loin de 75% de ses immatriculations" selon M. Neuvy, contre 40% à Volkswagen.

Après avoir presque retrouvé son niveau d'avant la crise de 2008, le marché de l'Union européenne devrait connaître 1% de croissance en 2017, selon l'Association des constructeurs automobiles européens, qui relève de nombreux facteurs d'"incertitude".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS