Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ce deuxième round de négociations a débuté par un petit-déjeuner des négociateurs avec le président équatorien sortant Rafael Correa (d).

KEYSTONE/EPA EFE/JOSE JACOME

(sda-ats)

Le gouvernement colombien et l'ELN, la dernière guérilla active du pays, ont annoncé mardi la reprise de pourparlers de paix délocalisés à Quito, en Equateur. Ce deuxième round de négociations a débuté par un petit-déjeuner avec le président équatorien Rafael Correa.

"J'espère que nous pourrons parvenir à un cessez-le-feu bilatéral pour accompagner ces conversations depuis le début, et non pas à la fin", a déclaré à des journalistes Pablo Beltran, chef négociateur de l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste). "Il s'agit de ça, et c'est ce pourquoi nous participons à ces conversations", a-t-il ajouté.

De son côté, Juan Camilo Restrepo, son homologue au gouvernement, a fait part de son désir de "poursuivre" les efforts de paix, alors que ces négociations se déroulent sans trêve entre les deux camps et sont régulièrement émaillées d'incidents (enlèvements, accrochages, explosions) et de victimes des deux côtés.

"Nous abordons ce nouveau cycle avec l'envie et la détermination de parvenir à des accords concrets de désescalade (de violence) et de protection de la population civile en respect du droit international", a indiqué la délégation gouvernementale dans un communiqué.

Paix complète visée

Les Farc, dont les quelque 7000 combattants sont en cours de désarmement, ont signé en novembre un accord de paix historique avec les autorités colombiennes après quatre années de pourparlers à La Havane.

En négociant avec l'ELN, une guérilla inspirée de la révolution cubaine qui compte encore quelque 1500 combattants armés, le gouvernement du président Juan Manuel Santos entend parvenir à une "paix complète".

Le conflit armé colombien a impliqué à partir du début des années 1960 une trentaine de guérillas d'extrême gauche, des milices paramilitaires et les forces de l'ordre, faisant au moins 260'000 morts et provoquant la disparition de plus de 60'000 personnes ainsi que le déplacement de 7,1 millions de civils.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS