Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Confédération veut à nouveau restreindre la liberté de voyager aux étrangers admis à titre provisoire. L'Office fédéral des migrations (ODM) invoque "quelques abus".

Depuis mars 2010, les personnes admises provisoirement peuvent voyager à l'étranger sans donner de motifs. L'Office fédéral des migrations (ODM) a délivré environ 2500 documents de voyage.

"La liberté de voyager devra cependant à nouveau être limitée", a indiqué Michael Glauser, porte-parole de l'Office fédéral des migrations (ODM) dans une interview à la radio DRS. Les autorisations devront être accordées seulement sur demande motivée.

Quelques cas

Michael Glauser justifie ce nouveau durcissement en raison "d'abus qui ont été constatés". "Quelques personnes sont rentrées dans leur pays d'origine pour des vacances, alors même qu'elles affirment y être persécutées", a-t-il dit. Il s'agit cependant seulement de quelques cas. Ces personnes se sont vu priver de leur permis de séjour.

Selon lui, l'ordonnance de la loi sur l'asile devrait être révisée déjà l'an prochain. En septembre dernier, 23'483 personnes bénéficiaient d'une admission provisoire en Suisse.

L'organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) regrette ce nouveau tour de vis. "On prive ces personnes de pouvoir aller la plupart du temps dans les pays voisins rendre visite à des membres de leur famille", a expliqué Adrian Hauser.

ATS