Toute l'actu en bref

Les remontées mécaniques de Crans Montana Aminona visent une meilleure efficacité du personnel. Le changement de philosophie a provoqué des départs, des non-renouvellements de contrats saisonniers et quelques licenciements. Une vingtaine d'employés quittent l'entreprise (archives).

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

Les remontées mécaniques Crans Montana Aminona (CMA) SA restructurent. Après le changement de directeur général, au tour du personnel de connaître un dépoussiérage.

Une vingtaine de personnes, sur 150 emplois à l'année et 400 saisonniers, quittent l'entreprise, annonce lundi Le Nouvelliste. Ce sont essentiellement des départs volontaires, des contrats saisonniers non renouvelés et quelques licenciements, précise à l'ats le nouveau directeur général Philippe Magistretti.

Ces mesures interviennent deux mois après un changement de directeur général précipité. Le nouveau patron a mis la priorité sur les ressources humaines avec l'engagement d'un responsable chargé de professionnaliser cet aspect de l'entreprise.

Il est apparu que beaucoup d'employés étaient mécontents, précise Philippe Magistretti. Certains ne trouvaient pas vraiment leur place dans l'entreprise, d'autres visaient un avancement impossible à obtenir. "Nous nous sommes rendu compte qu'il y avait une certaine inefficacité dans l'entreprise", dit M. Magistretti.

La société ne procède pas à une vague de suppression d'emplois. Il y a une volonté de rationaliser, de mieux gérer le personnel, mais aussi d'augmenter l'effectif et d'offrir des plans de carrière aux employés, explique Philippe Magistretti. "CMA et un groupe ambitieux qui veut grandir".

ATS

 Toute l'actu en bref