Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - La fin de la grève a été votée dans trois des douze raffineries de France en arrêt de production dans le cadre du mouvement social contre la réforme des retraites. L'action a entraîné des pénuries et des problèmes dans l'approvisionnement des stations-service.
L'industrie pétrolière a aussi noté une amélioration dans les dépôts de carburant du pays. Neuf sites, ceux rattachés aux raffineries en grève, restaient bloqués lundi, après l'intervention de la police pour permettre l'approvisionnement dans plusieurs d'entre eux. Au plus fort du mouvement, une quinzaine de dépôts pétroliers sur un total de 219 ont été bloqués par des grévistes ou manifestants.
Le secteur stratégique du pétrole et des carburants est devenu depuis deux semaines le fer de lance de la contestation des syndicats contre le projet de réforme des retraites de Nicolas Sarkozy.
Les grèves ont failli entraîner la paralysie du pays et la situation restait encore très tendue lundi, en pleines vacances d'automne, avec une station-service sur trois en difficulté dans l'ensemble du pays.
Le texte de loi très impopulaire, qui prévoit de reculer de 60 à 62 ans l'âge minimal de départ à la retraite, doit être adopté définitivement mercredi par le Parlement. Mais les syndicats ne désarment pas.
Ils promettent de nouveaux bras de fer dans la rue cette semaine, avec une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations jeudi dans tout le pays, précédée mardi de protestations d'étudiants. Une autre journée d'action aura lieu le 6 novembre.
Le gouvernement a insisté lundi sur l'impact économique de tels mouvements sociaux. La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a avancé que le coût des grèves contre la réforme pouvait être évalué à "entre 200 et 400 millions d'euros par jour".
Selon le journal conservateur Le Figaro, qui cite les services du ministère de l'Economie, la facture totale pour les huit journées nationales de grèves et manifestations organisées contre la réforme est évaluée "de 1,6 milliard à 3,2 milliards d'euros".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS