Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - La presse espagnole exultait jeudi matin, au lendemain de la qualification de la Roja pour la finale de l'Euro 2012 grâce à la victoire aux pénalties contre le Portugal.
Les journaux lusitaniens, quant à eux, saluent le parcours de leurs héros malheureux.
"Vers la finale et vers la légende", affichait en Une le quotidien sportif Marca, pour qui l'équipe de Vicente Del Bosque n'est plus qu'"à un mètre de la gloire". Le Portugal "a été à la hauteur des attentes: une équipe avec d'excellents joueurs sur toutes les lignes", écrit le journal, qui souligne le duel tendu entre les deux pays voisins, dans lequel "l'Espagne a dû travailler le match centimètre par centimètre".
Pour El Mundo, la sélection ibérique a montré son mental solide en s'adaptant à un match difficile: "l'Espagne commence à être aussi à l'aise dans l'ennui que dans l'angoisse, en faisant étalage d'une puissante psychologie".
"Merci pour ce merveilleux infarctus", s'amuse le sportif As, en faisant allusion à la séance de pénalties qui a conclu le match. "Cela ne pouvait pas être plus beau, ni plus dramatique".
Quant à la presse portugaise, la déception d'être passé si près de la finale est évidemment palpable dans chaque quotidien. "Le rêve portugais d'aller en finale stoppé net par une barre transversale", titre le quotidien Diario de Noticias, devant une photo de Coentrao désespéré, consolé par le sélectionneur Paulo Bento.
"La selecçao était à quelques centimètres de la finale", écrit sur toute sa Une le quotidien sportif A Bola, exceptionnellement imprimé à l'horizontale, sous une photo des joueurs portugais, dépités, en fin de rencontre. Cette équipe est "la fierté du Portugal", souligne par ailleurs A Bola, en grosses lettres blanches.
"Seuls les penalties ont pu écarter la sélection de l'Euro", analyse son concurrent Record en première page devant une photo de dos de Bruno Alves lorsque son penalty est venu s'écraser sur la barre lors des tirs aux but. "Le jeu du Portugal a frôlé la perfection", estime le quotidien. Et d'ajouter: "La gloire était si proche. Il nous a manqué notre bonne étoile, qui est restée du côté des champions".
"Manque de chance", regrettent les quotidiens populaires Correio da Manha et Jornal de Noticias. Les joueurs de Paulo Bento n'ont pas à rougir de leur parcours, estiment les journaux, unanimes à rendre hommage à leur parcours: "Merci", "Félicitations", "Le Portugal peut se targuer d'avoir une équipe d'élite", "le pays est fier de cette équipe".

ATS