Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un important travail de prévention est réalisé dans les écoles romandes pour faire face à d'éventuelles attaques (photo prétexte).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

La sécurité renforcée dans les écoles romandes pour faire face à des attaques ou l'attaque des BLS contre le monopole des CFF ou encore une baisse de la redevance hydraulique occupent la presse dominicale. En voici les principaux titres:

Le Matin Dimanche: Même si jamais aucune école suisse n'a été la cible d'une attaque, les établissements scolaires romands se préparent pour faire face à de telles situations depuis 2010, révèle Le Matin Dimanche. Genève, le Valais et Neuchâtel ont les programmes les plus développés, pouvant impliquer policiers, écoles et enseignants. "Un important travail de prévention est réalisé", explique Pierre-Antoine Preti, responsable de la communication du Département genevois de l'instruction publique. "Des séances d'information sont menées en collaboration avec la police dans les différents niveaux de scolarité, auprès des directeurs et des enseignants". Selon lui, ce processus de prévention a permis de désamorcer depuis 2012 21 cas avec "prise en charge d'élèves qui ont prodigué des menaces".

SonntagsZeitung: Les BLS veulent casser le monopole des CFF sur plusieurs lignes ferroviaires suisses de longues distances. Selon des informations de la SonntagsZeitung, la deuxième plus grande compagnie de chemins de fer de Suisse vise les liaisons allant de Berne et de l'Oberland bernois (Interlaken) jusqu'à l'aéroport de Zurich et jusqu'à Bâle, ainsi que jusque dans le Jura (Le Locle). Un porte-parole des BLS n'a pas voulu confirmer les destinations, mais il a affirmé qu'une entreprise active dans le transport régional peut être plus efficace dans sa zone et rouler à moindre coût. Les CFF avertissent en revanche qu'un morcellement du trafic de longues distances entraîne des coûts supplémentaires.

NZZ am Sonntag: Un nouveau modèle de l'Office fédéral de l'énergie prévoit de réduire nettement la redevance en matière de droits d'eau versée par les centrales hydroélectriques aux communes de montagnes durant les mauvaises périodes. Actuellement, ces dernières peuvent toucher, pour certaines, des millions de francs. Selon la NZZ am Sonntag, le nouveau modèle de redevance serait flexible avec un tarif de base et un tarif variable en fonction du prix du marché de l'électricité. D'après plusieurs sources, le tarif de base serait compris entre 50 et 60 francs le kilowatt. Actuellement, les cantons touchent 110 francs par kilowatt des producteurs d'électricité, qui se battent depuis des années pour faire baisser ce prix à 41 francs. La nouvelle redevance entrerait en vigueur en 2020.

Schweiz am Sonntag: Le nombre d'infection graves dues à des bactéries multirésistantes a presque doublé en Suisse en dix ans, rapporte Schweiz am Sonntag, citant le centre suisse pour le contrôle de l'antibiorésistance anresis. Près de 12'600 cas d'infections ont été comptabilisés en 2016 dans les hôpitaux, contre 6500 en 2006. Outre un problème sanitaire, ces cas engendrent des coûts supplémentaires pour les établissements de soins, de l'ordre de 200 millions de francs, selon une estimation. Ces infections s'accompagnent en général d'un empoisonnement du sang, dont le traitement est coûteux. Elles entraînent également des amputations ou la mort. D'après la société suisse d'infectiologie, les bactéries multirésistantes font environ 300 morts par an en Suisse.

SonntagsBlick: Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a suspendu son projet visant à interdire certains travaux dangereux pour les apprentis, indique le SonntagsBlick citant le SECO. Celui-ci voulait, par exemple, interdire aux apprentis maçons de soulever plus de 19 kilogrammes ou aux peintres d'exécuter plus de deux heures de mouvements rotatifs. Les employeurs, en particulier l'Union suisse des arts et métiers (usam), s'étaient opposés vigoureusement à de telles règles. Pour le directeur de l'usam Hans-Ulrich Bigler, ce projet est un exemple de la réglementation toujours plus détaillée, qui limite les PME dans l'apprentissage. L'usam aimerait au contraire assouplir les règles actuelles.

SonntagsBlick: La plate-forme de location en ligne américaine Airbnb a engendré 2,2 millions de nuitées l'an dernier en Suisse, a-t-elle indiqué au SonntagsBlick. Quelque 480'000 clients ont consulté le site, qui propose plus de 21'000 logements. En 2015, ils étaient encore que 300'000. Une porte-parole d'Airbnb estime qu'un potentiel de croissance existe en particulier dans les destinations classiques et les régions de montagnes en basse saison. L'hôtellerie traditionnelle, qui se plaint que les hôtes d'Airbnb ont moins d'obligations, ont enregistré de janvier à novembre 2016 environ 33 millions de nuitées, en baisse de 0,5%.

NZZ am Sonntag: Les conseils scientifiques de Suisse, d'Allemagne et d'Autriche s'inquiètent de la domination de la langue anglaise dans la plupart des domaines de recherche, rapporte la NZZ am Sonntag. Ils ont publié un plaidoyer en faveur du multilinguisme dans la recherche. Le socialiste valaisan Mathias Reynard a de son côté déposé une motion au Conseil national, exigeant que le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) doit accepter les dossiers rédigés en allemand, français ou italien. Actuellement, l'anglais est obligatoire pour plusieurs disciplines. Même dans les sciences humaines, environ 60% des demandes sont rédigées en anglais.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS