Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'affaire de la chemise Edelweiss, mais aussi l'initiative de l'UDC pour expulser les criminels étrangers et les successions à la tête des partis et au Conseil fédéral figurent parmi les thèmes abordés par la presse dominicale. En voici les principaux titres:

Le Matin Dimanche: Swisspass, la nouvelle carte à puce des CFF, remplaçant l'abonnement général et le demi-tarif, continue de provoquer de nombreuses insatisfactions. Outre des problèmes techniques, il cache des "augmentations déguisées" de tarifs, s'insurge la Fédération romande des consommateurs (FRC). "Sous l'ancienne formule, le demi-tarif coûtait 20% de moins si on le prenait pour trois ans", relève dans Le Matin Dimanche Robin Eymann, responsable de la politique économique de la FRC. "Or aujourd'hui, le renouvellement se fait d'année en année et ce rabais a de fait disparu", ajoute-t-il. Les CFF reconnaissent qu'il en coûte, dans ce cas-là, "15 francs de plus par année".

Le Matin Dimanche: L'affaire de la chemise Edelweiss aurait démarré à cause d'une rumeur à Gossau, un village zurichois de 9700 habitants qui ne compte pourtant que 14% d'étrangers, affirme Le Matin Dimanche. Dix élèves ont décidé de venir en classe avec la tunique folklorique des paysans suite à des ragots faisant état d'un éventuel bannissement par la direction de l'école de son port, malgré les démentis du directeur de l'établissement, qu'ils avaient interpellé. Ce geste a provoqué l'irritation de plusieurs élèves d'origine étrangère et la réaction de l'institutrice. Mais "nous n'avons jamais interdit la chemise Edelweiss", répète le directeur dans le journal dominical.

Le Matin Dimanche: Le directeur de la FINMA, Mark Branson, n'est "pas tout à fait" satisfait du comportement du secteur financier suisse en 2015. Chaque scandale, dans lequel "la place financière helvétique est impliquée, porte un tort considérable à l'image de la Suisse", avertit-il dans Le Matin Dimanche. Or, "durant ces dernières années post-crise financière, nous avons observé de nombreux exemples de comportements inadmissibles" de la part de certains banquiers, explique le responsable de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers.

NZZ am Sonntag: Quarante conseillers aux Etats ont signé une déclaration contre l'initiative de l'UDC "pour le renvoi effectif des criminels étrangers" (dite de mise en oeuvre), en votation le 28 février, rapporte dans la NZZ am Sonntag Hans Stöckli (PS/BE). L'ancien maire de Bienne qualifie le texte d'"absurdité politique démocratique" et avertit d'un "chaos juridique" en cas d'acceptation. L'initiative, qui prévoit le renvoi automatique des étrangers condamnés pour un catalogue de délits, viole, selon lui, les principes constitutionnels, la Convention européenne des droits de l'homme et l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE. Seuls les cinq représentants de l'UDC du Conseil d'Etat et l'indépendant Thomas Minder (SH) n'ont pas paraphé la déclaration.

Schweiz am Sonntag: Le directeur de l'Office fédéral de la justice (OFJ), Heinrich Koller, met en garde contre un oui à l'initiative de l'UDC "pour le renvoi effectif des étrangers criminels", en votation le 28 février. Non seulement le texte viole les droits fondamentaux, mais aussi la séparation des pouvoirs, car "l'initiative met le Parlement hors jeu en tant que législateur et le remplace par une dictature de la majorité des électeurs", déclare-t-il dans Schweiz am Sonntag. Il critique aussi les intentions cachées de l'UDC, qui vise les étrangers mal intégrés et moins instruits. M. Koller cite par exemple le fait que l'initiative ne prend pas en compte les délits économiques, comme l'escroquerie.

Le Matin Dimanche/NZZ am Sonntag/SonntagsBlick/Zentralschweiz am Sonntag: Le conseiller national bernois Christian Wasserfallen est, pour beaucoup de journaux dominicaux alémaniques, le favori dans la course à la succession du président démissionnaire du PLR, Philipp Müller. Selon la NZZ am Sonntag, de nombreux parlementaires PLR ont refusé de lui accorder leur voix lors de l'élection du chef du groupe parlementaire il y a un mois, car ils le voyaient plutôt comme président du parti. Le consultant en gestion aurait d'ailleurs reçu le soutien d'un ancien président du parti, Franz Steinegger, affirme le SonntagsBlick.

Pour Le Matin Dimanche, plusieurs adversaires potentiels du Bernois se seraient retirés, car, à l'instar de Karin Keller-Sutter (SG) ou Andrea Caroni (AR), ils viseraient le siège de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral, qui devrait partir avant la fin de la législature. Bifurquer vers le gouvernement au milieu du gué paraît peu concevable, reconnaît la vice-présidente du PLR Isabelle Moret (VD). Il en irait de même pour certains ténors du PDC, qui préfèrent viser le siège de Doris Leuthard au gouvernement que la présidence du parti après le retrait du Valaisan Christophe Darbellay.

Ostschweiz am Sonntag: Les dépenses de la Confédération ont doublé au cours des 25 dernières années, indique Ostschweiz am Sonntag, qui rappelle que l'Etat fédéral a prévu de dépenser 67 milliards de francs l'année prochaine. La performance de l'économie a en même temps crû de près de 81%, tempère le journal. Depuis l'introduction du frein à l'endettement en 2003, le produit intérieur brut a augmenté plus vite que les dépenses de l'Etat. Les coûts du secteur social ont connu les plus fortes hausses et sont désormais trois fois supérieurs à ceux de 1990. La formation et la coopération internationale ont également enregistré des dépenses plus élevées que la moyenne. Le budget militaire a, lui, été réduit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS