Toute l'actu en bref

Une semaine après l'attaque au rançongiciel Wannacry, la Suisse reste vulnérable aux cyberattaques, selon Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung (image symbolique)

KEYSTONE/EPA/RITCHIE B. TONGO

(sda-ats)

La récente cyberattaque mondiale, mais aussi l'assurance-maladie et la libre circulation des personnes occupent la presse de dimanche. Voici les titres de ces informations non confirmées à l'ats:

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: La Suisse est insuffisamment protégée face aux cyberattaques, même si 200 entreprises et particuliers seulement ont été infectés par le virus informatique WannaCry selon la Confédération. Un test effectué pour Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung par l'entreprise zurichoise de cybersécurité Binary Edge révèle que 3621 ordinateurs restent vulnérables une semaine après le piratage informatique. Or, certains d'entre eux sont hébergés par des structures de premiers plans, comme des universités, des administrations cantonales et des cabinets médicaux. Selon Edouard Bugnion, le vice-président pour les systèmes d'information de l'EPFL, "la Suisse a vingt ans de retard". "La Confédération ne possède pas de cellule d'expertise technologique qui permette d'anticiper de nouvelles failles", pointe-t-il, soulignant que la simple réaction ne suffit pas en matière de cyberdéfense.

SonntagsBlick/Nzz am Sonntag: Le reste de la presse alémanique parle également abondamment de la cyberattaque mondiale, qui infecté plus de 300'000 ordinateurs dans 150 pays en une semaine. Selon une enquête menée auprès de 49 entreprises suisses, citée par le SonntagsBlick, 84% d'entre elles déclarent que leur cybersécurité présente des lacunes. Presque 60% d'entre elles n'ont pas de service recherchant les manques du réseau informatique de leur propre entreprise.

La société nationale exploitante et propriétaire du réseau électrique Swissgrid réclame quant à elle dans la NZZ am Sonntag une obligation légale de signaler les incidents de sécurité et des normes minimales contraignantes pour mieux protéger les infrastructures critiques des pirates informatiques. Dans le même journal, le conseiller aux Etats Ruedi Noser (PLR/ZH) exige que l'armée recrute quelque 200 spécialistes en informatique pour faire face aux cybermenaces.

NZZ am Sonntag: Le parti socialiste suisse veut lancer une initiative populaire visant à plafonner les primes de l'assurance-maladie, rapporte la NZZ am Sonntag. Son but est de soulager les familles et les personnes seules à bas revenu. Les délégués de la formation à la rose se prononceront sur le texte en juin. Concrètement, l'initiative veut limiter les cotisations obligatoires à l'assurance-maladie à 10% au maximum du revenu disponible. Selon un récent sondage, un tel projet est soutenu par 62% des Suisses.

SonntagsBlick: L'association faîtière des assureurs, curafutura, estime réaliste, l'objectif du Conseil fédéral d'économiser quelque 700 millions de francs dans les services ambulatoires des hôpitaux. En réévaluant les prestations, explique curafutura dans le SonntagsBlick, les coûts pourraient être réduits de 18,4% en gastro-entérologie, ceux de la radiologie de 12,9%, ceux de la chirurgie plastique et reconstructrice de 11,3% et ceux de radio-oncologie et de radiothérapie de 11,1%. En revanche, la médecine interne générale recevrait plus d'argent (+2,3%), tout comme la pédiatrie (1,2%), ainsi que la gynécologie et l'obstétrique (+0,2%).

NZZ am Sonntag: Les conseillers fédéraux ne sont pas d'accord entre eux dans la rédaction des ordonnances d'application de la loi de mise en oeuvre de l'initiative anti-immigration de l'UDC, votée par le Parlement, indique la NZZ am Sonntag. La ministre de la justice Simonetta Sommaruga veut que la priorité donnée aux travailleurs indigènes soit instaurée lorsque le chômage excède 5% dans toute la Suisse. Les employeurs devraient alors annoncer leurs postes vacants aux services publics de l'emploi et convoquer à un entretien ou un test d'aptitude les candidats sélectionnés par le service. Le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann milite lui pour une approche moins restrictive avec une barre fixée à 8%. Selon des estimations du Conseil fédéral, un seuil de 5% procurerait 200'000 emplois aux travailleurs indigènes, alors qu'un seuil de 8% offrirait entre 55'000 et 80'000 places de travail.

NZZ am Sonntag: Les conseillers nationaux et aux Etats consacrent toujours plus de temps à leur mandat aux Chambres fédérales. Selon la NZZ am Sonntag, presque 80% de leur temps est désormais utilisé pour le travail parlementaire. Il y a sept ans, lors de la dernière enquête, les conseillers nationaux passaient 57% de leur temps à leur mandat politique et les conseillers aux Etats 67%.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Si les élèves somnolent en classe, ce n'est pas dû au manque de pédagogie de l'enseignant, mais à la mauvaise qualité de l'air dans la salle, affirme une étude de l'institut de médecine du travail pour des associations d'enseignants alémaniques, citée par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Durant presque toute la durée des heures de cours, les valeurs de CO2 dépassent les normes pénales, soit 1000 ppm. Dans certaines classes, la situation était critique après deux heures de cours, avec 4148 ppm. "Cela devient préoccupant à partir de 1500 ppm. Il est alors difficile de travailler de manière concentrée", explique le médecin du travail Claude Sidler, coauteur de l'étude.

ATS

 Toute l'actu en bref