Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'affaire de l'espionnage suisse présumé en Allemagne fait encore une fois les gros titres de la presse suisse (archives).

KEYSTONE/JUERG MUELLER

(sda-ats)

L'affaire d'espionnage présumé d'un agent suisse en Allemagne, le lobbyisme de l'Office fédéral de l'énergie pour les éoliennes et les fortes disparités des rentes des retraités occupent la presse dimanche. Voici les titres de ces informations non confirmées à l'ats:

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung/NZZ am Sonntag/SonntagsBlick: L'affaire d'espionnage présumé du fisc allemand par un agent suisse fait l'objet de multiples traitements dans la presse dominicale. Selon la NZZ am Sonntag, l'homme qui a été arrêté en Allemagne est un agent double. Il aurait proposé de vendre des données bancaires suisses en Allemagne. Il a été dénoncé par UBS et le Ministère public de la Confédération (MPC) a ouvert une enquête pour soupçon de service de renseignements économiques. Le journal ajoute que la délégation des commissions de gestion aurait arrêté les activités d'espionnage du Service de renseignement de la Confédération (SRC) dans plusieurs autres affaires, mais aurait donné son accord dans ce cas.

Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung, qui se sont procuré le procès-verbal d'interrogatoire de l'agent, affirment qu'un différend financier entre l'espion et le SRC aurait fait capoter l'affaire. Il était prévu que l'homme touche des honoraires de 90'000 francs pour implémenter l'introduction de la taupe. Mais le contact du SRC voulait d'abord voir les résultats avant de payer la somme.

Pour le SonntagsBlick, l'affaire représente un risque pour la sécurité de la Suisse. Le pays est dépendant des autres services de renseignements, notamment en matière de terrorisme. Des services secrets amis doivent pouvoir se faire confiance et leurs sources doivent être protégées, écrit le journal. La Suisse a notamment recours au BND, les services de renseignement extérieur allemands, pour surveiller les djihadistes suisses à l'étranger.

SonntagsBlick: De plus en plus d'espions privés sont actifs en Suisse, affirme le SonntagsBlick. Ils se trouvent avant tout du côté de Zurich, Lugano et Genève et utilisent des cabinets de conseil pour cacher leurs activités de collecte d'informations. Les espions privés recueillent des données pour des banques, des assureurs et des entreprises industrielles. La plupart du temps, il s'agit d'espionner la concurrence, mais, de plus en plus, des Etats font appel à leur service. Depuis septembre 2015, les entreprises de sécurité sont tenues d'annoncer leurs activités au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). A la fin 2016, 306 missions étrangères ont été déclarées au DFAE, dont 115 concernaient des activités de renseignement.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: L'Office fédéral de l'énergie (OFEN) essaie d'influencer l'opinion publique suisse sur la question des éoliennes, affirment Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung, qui se réfèrent à des documents obtenus par Paysage Libre Suisse, une association opposée à l'énergie éolienne. La Confédération a versé quelque 7 millions de francs à l'association Suisse Eole depuis 2001. Celle-ci proposait notamment à l'OFEN en 2003 de "renforcer l'image positive de l'énergie éolienne avec des qualités comme 'bon marché', 'acceptable', 'rentable', 'beau'". Plus problématique, Suisse Eole écrivait en 2013 qu'elle allait "envisager des mesures appropriées en coopération avec les développeurs de projets concernés", un an avant une votation à Neuchâtel sur cinq emplacements pour l'implantation d'éoliennes. L'office se défend et dit faire très attention à ce que les activités de lobbyisme ne soient pas financées avec l'argent public. Des opposants dénoncent au contraire la méthode.

NZZ am Sonntag: Des différences énormes existent en Suisse dans les revenus des retraités, relève la NZZ am Sonntag, citant une étude de Credit Suisse. Aucune autre classe d'âge ne comporte des écarts de revenus aussi importants que les plus de 65 ans. Alors que les 20% des ménages de rentiers les plus riches touchent une somme mensuelle de plus de 11'000 francs, les 20% des plus pauvres doivent se contenter de moins de 3000 francs par mois. L'étude pointe l'inégalité de la prévoyance professionnelle comme principale cause de ces différences: les 20% les plus riches reçoivent chaque mois 5050 francs du deuxième pilier. Les 20% les plus pauvres n'ont, quant à eux, que 290 francs. Les rentes AVS sont, en revanche, relativement uniformément réparties entre les différentes catégories de revenus.

NZZ am Sonntag: Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou planifie une visite en Suisse dans le cadre du 120e anniversaire du premier congrès sioniste de 1897, que l'Organisation sioniste mondiale veut célébrer en grande pompe à la fin août à Bâle, rapporte la NZZ am Sonntag, citant l'ambassade d'Israël à Berne. Une rencontre est prévue avec le Conseil fédéral. Le gouvernement est en discussion, selon le journal, pour déterminer, qui doit s'entretenir le chef du gouvernement israélien. La Confédération devra probablement apporter une aide financière et logistique au canton de Bâle-Ville, pour assurer la sécurité de l'événement. Des pourparlers sont en cours entre les autorités fédérales, cantonales et les organisateurs israéliens.

Ostschweiz am Sonntag/Zentralschweiz am Sonntag: Le nombre d'activités suspectes dans la lutte contre la diffusion de contenus pédophiles sur Internet a fortement augmenté en Suisse, rapportent Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag se référant aux nombreux renseignements fournis par le FBI à Fedpol. La police fédérale suisse a reçu l'an passé de son homologue américaine environ 3000 notes sur des Suisses concernant des soupçons de pornographie enfantine. Fedpol trille les informations, puis les transmet aux autorités judiciaires cantonales. A l'origine des informations recueillies aux Etats-Unis se trouvent les fournisseurs d'accès à Internet, qui filtrent tout le trafic des données. Lorsqu'un contenu suspect est repéré, les fournisseurs préviennent les autorités américaines, qui transmettent les informations apparemment en masse à la police fédérale suisse.

Le Matin Dimanche: L'apiculture connaît un boom en Suisse, relate Le Matin Dimanche. En trois ans, les effectifs de la fédération genevoise d'apiculture ont crû de 100 membres, soit une hausse de 30%. Dans le canton de Vaud, la fédération cantonale dénombre 1070 apiculteurs, qui s'occupent de 300 millions d'abeilles réparties dans 10'000 colonies. Selon les apiculteurs de longue date, il ne s'agit pas que d'un effet de mode, mais c'est une véritable prise de conscience environnementale. Le profil des apiculteurs change aussi avec l'arrivée des femmes et des jeunes. Conséquence, plusieurs formations sur le sujet affichent complet, notamment le brevet fédéral d'apiculture récemment créé, dont la liste d'attente est pleine jusqu'en 2018 côté romand, avec plus de 100 inscrits depuis l'année dernière.

Ostschweiz am Sonntag/Zentralschweiz am Sonntag: Le service de réservation de voitures avec chauffeur Uber croît fortement en Suisse en dépit des critiques et des limitations imposées par les autorités suisses, affirment Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag, citant des données de l'entreprise. "Nous doublons nos affaires tous les six mois en Suisse", déclare Rasoul Jalali, le patron d'Uber pour la Suisse, l'Autriche et l'Allemagne. Le service de réservation de voitures possède déjà quelque 100'000 clients actifs à Zurich et plus de 1000 chauffeurs. Selon M. Jalali, Uber, qui est aussi présent à Genève et Lausanne, veut étendre son modèle d'affaires à d'autres villes suisses. Aucun calendrier précis n'a toutefois encore été établi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS