Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Stan Wawrinka n'a a priori rien à craindre de son quart de finale, mardi à Roland-Garros. Il affrontera l'Espagnol Albert Ramos-Viñolas (ATP 55), que personne n'attendait à retrouver à ce stade.

Il faut dire que le Catalan de 28 ans n'a pas donné beaucoup de raisons au grand public de s'intéresser à lui, même dans son propre pays qui regorge de joueurs de premier plan. Avant de débarquer cette année à Roland-Garros, il n'avait gagné que quatre matches dans des tournois du Grand Chelem, soit autant que durant cette quinzaine parisienne !

Avec une seule finale sur le circuit - perdue à Casablanca en 2012 - et un classement qui n'a pas excédé la 38e place - toujours en 2012 -, Albert Ramos-Viñolas ne s'est placé qu'une seule fois sous le feu des projecteurs: c'était en octobre dernier à Shanghaï, où il s'était offert au 2e tour le scalp d'un certain Roger Federer, il est vrai en manque de compétition à l'époque.

A Roland-Garros cette année, le joueur de Mataro (dans la banlieue de Barcelone) a entamé son tournoi face à deux joueurs peu cotés, les Argentins Horacio Zeballos et Marco Trungelliti, avant de battre en cinq manches une première tête de série, l'Américain Jack Sock (no 23). Puis, dimanche, il a créé la surprise en surclassant un Milos Raonic (no 8) dans un mauvais jour (6-2 6-4 6-4).

"J'avoue que je ne m'y attendais pas", a reconnu Albert Ramos-Viñolas à l'issue d'un match disputé sur un terrain lourd, idéal pour son jeu de terrien. "C'est vrai que la météo m'a aidé. Mais malgré ça, je ne sais pas pourquoi ça marche aussi bien pour moi actuellement", a assuré l'Espagnol, qui n'était effectivement pas arrivé à Roland-Garros avec une confiance gonflée à bloc. Lors de son dernier tournoi de préparation, au Geneva Open, il avait été balayé 6-1 6-1 en 53' au 2e tour par... Stan Wawrinka.

Le Vaudois connaît bien Albert Ramos-Viñolas pour l'avoir affronté à six reprises, pour autant de victoires.

ATS