Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Richemont a donné une tendance positive à ses actionnaires après les cinq premiers mois de son exercice 2017/2018, avant la tenue de son assemblée générale en milieu de matinée mercredi (archives).

KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO

(sda-ats)

Richemont a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 10% (+12% en monnaies locales) au cours des cinq premiers mois de son exercice décalé 2017/2018, clos à fin août. Le groupe de luxe genevois s'est doté mercredi d'un conseil d'administration beaucoup plus jeune.

L'évolution après cinq mois s'explique notamment par la forte performance de la division joaillerie, qui a vu ses ventes bondir de 16% (+17% en monnaies locales), a indiqué le numéro deux mondial du luxe, en amont de son assemblée générale. Aucun montant n'est divulgué toutefois.

La division horlogerie, qui inclut des marques telles que les maisons genevoise Jaeger-LeCoultre et schaffhousoise IWC, a pour sa part enregistré une croissance de son chiffre d'affaires de 6% (+7% en monnaies locales). La division "autres", qui comprend notamment Montblanc, a elle aussi avancé, de 2% (+3% en monnaies locales).

Devant l'assemblée générale, le président du conseil d'administration Johann Rupert a présenté ces données, mais sans les commenter. Il a toutefois mentionné l'entrée à 5% du capital dans le spécialiste bâlois des boutiques hors taxes Dufry.

Devant quelques journalistes, Johann Rupert a estimé que cet investissement n'avait pas été lancé pour "ennuyer" le chinois HNA qui a pris plus de 16% du capital de Dufry. Et qu'une participation plus importante n'était pas prévue.

Rebond en Asie-Pacifique

Au niveau géographique, les ventes sur cinq mois ont augmenté dans toutes les régions, emmenées par l'Asie-Pacifique où elles ont progressé de 22% (+23% en monnaies locales). La performance a été soutenue par une augmentation à deux chiffres dans la plupart des marchés, dont la Chine et Hong Kong, où une grande partie des retours exceptionnels de montres invendues avait eu lieu lors de même période de l'exercice précédent.

En Europe, le chiffre d'affaires a augmenté de 3% (idem en monnaies locales). La progression reflète des performances contrastées ainsi que l'impact émergent négatif d'un euro fort sur les dépenses des touristes, note Richemont. Au Royaume-Uni toutefois, les ventes ont connu une augmentation "à deux chiffres", bénéficiant de mouvements de change favorables avec une livre britannique faible.

Au Japon, la croissance de 6% (+11% à taux de change constants) reflète des dépenses tant domestiques que touristiques en augmentation. Richemont invoque les incertitudes géopolitiques pour expliquer la progression modérée de 1% (+2% en monnaies locales) au Moyen-Orient/Afrique. La hausse atteint 9% (+9% en monnaies locales) dans la région Amériques.

Aucune projection

Les résultats sont quelque peu supérieurs au consensus de l'agence financière awp. Les analystes interrogés tablaient sur une progression générale du chiffre d'affaires de 9% en euros et de 10% en monnaies locales. A la Bourse suisse, l'action Richemont évoluait néanmoins en baisse.

Le groupe n'a donné aucune projection pour les mois à venir, ni aucune information concernant le nouveau patron de sa division horlogerie. L'ancien directeur de cette unité, l'Allemand Georges Kern, avait démissionné avec effet immédiat mi-juillet pour prendre les commandes de la société horlogère Breitling. Il n'était alors pas prévu de le remplacer.

Richemont avait vécu un exercice 2016/2017 difficile. Son bénéfice net avait chuté de près de moitié, à 1,21 milliard d'euros (1,38 milliard de francs au cours actuel). Et le chiffre d'affaires avait lui reculé de 4%, à 10,65 milliards.

"Changement générationnel"

Le groupe restait prudent sur ses perspectives au moment de présenter ces résultats mi-mai. Il publiera ses comptes semestriels le 10 novembre. "Nous ferons des annonces", a dit Johann Rupert.

Mercredi, l'assemblée générale a voté un dividende de 1,80 franc par action, ou 1,3 milliard au total, en augmentation. Elle a approuvé huit nouveaux membres au conseil d'administration dont se retire notamment l'ancien patron Richard Lepeu.

Parmi les arrivants figurent notamment le chef de toutes les sociétés du groupe, hors joaillerie et horlogerie, Jérôme Lambert, le nouveau directeur financier Burkahrt Grund et l'un des fils du président, Anton Rupert.

Le président de l'organe de surveillance a salué un "changement générationnel" pour affronter l'environnement difficile mais aussi le commerce électronique et les nouveaux défis technologiques.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS