Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré les difficultés en Europe et le franc fort, le groupe de luxe Richemont poursuit son programme d'investissement en Suisse. Ses dirigeants ont confirmé vendredi la création de près de 2000 emplois en Suisse sur deux ans.

Le groupe bénéficie avant tout d'une forte hausse de la demande en Chine et dans le reste de l'Asie. Il a pu adapter ses prix pour atténuer les conséquences de la hausse du franc suisse.

Interrogé sur les conséquences de la crise de la dette en Europe, le PDG du groupe Johann Rupert a affirmé que "franchement, il ne sait pas". "Il y a trois-quatre ans, nous pouvions prédire l'évolution, aujourd'hui il est extraordinairement difficile de savoir ce qui va se passer", a-t-il affirmé.

La demande domestique a tendance à stagner en Europe, a précisé le responsable de Richemont. En même temps, le groupe constate "une demande remarquable provenant des touristes qui voyagent en Europe".

Résultats étincelants

Au niveau des résultats au premier semestre 2011/12 (clos fin septembre), Richemont a annoncé avoir dégagé un bénéfice net de 709 millions d'euros (874 millions de francs), en hausse de 10% au regard de la même période de l'an passé.

Le résultat d'exploitation a pour sa part bondi de 41%, à 1,075 milliard d'euros. La progression du bénéfice net par rapport à celle du résultat d'exploitation résulte d'un gain exceptionnel comptabilisé au premier semestre de l'exercice précédent, a précisé vendredi l'entreprise.

Quant au chiffre d'affaires, il s'est accru de 29%, à 4,214 milliards d'euros. A taux de change constants, la hausse atteint même 36%. L'ensemble des zones géographiques et des réseaux de distribution ont enregistré une "solide croissance", selon le groupe.

Prudence de mise

Pour la suite de l'exercice, Richemont se veut prudent au vu des difficultés économiques mondiales et de la base de comparaison élevée à laquelle se mesureront les ventes. Malgré ces défis, la société table sur un résultat d'exploitation supérieur à celui de l'an dernier compte tenu de la performance réalisée jusqu'ici.

ATS