Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats-Unis, le Rwanda et des groupes brésiliens se sont engagés lundi à reboiser au moins 18 millions d'hectares de forêt. Ces engagements sont les premiers à la suite d'une initiative prise il y a neuf mois, intitulée le Défi de Bonn, qui vise à remettre en état 150 millions d'hectares de terres déboisées d'ici à 2020.

Quinze millions d'hectares seront reboisés "dans vingt bassins forestiers, y compris les régions tribales aux Etats-Unis", a dit à la presse Elise Golan, directrice du développement durable au ministère américain de l'Agriculture, en marge de la conférence Rio+20.

Deux millions d'hectares seront remis en état au Rwanda, en Afrique de l'est, et un million d'hectares dans la Mata Atlantica, la forêt primaire sur la côte est du Brésil, avec l'aide d'agences gouvernementales, d'ONG, d'entreprises et d'une alliance indigène. L'Union internationale pour la préservation de la nature (IUCN) a affirmé que le projet apporterait des gains de plus de 80 milliards de dollars.

Dépendances humaines aux forêts

"Le plus important projet de restauration que le monde ait jamais connu est maintenant réellement en route et va apporter des bénéfices immenses en termes de revenu, de sécurité alimentaire et de changement climatique", a estimé Julia Marton-Lefevre, la directrice de l'IUCN. "Nous appelons avec insistance les autres pays et propriétaires terriens à suivre le mouvement".

Selon cette organisation, deux milliards d'hectares de terres dégradées pourraient être reboisées. Depuis 1992, les forêts primaires se sont réduites de 300 millions d'hectares, à peu près la superficie de l'Argentine. La déforestation est la troisième source d'émission de gaz à effet de serre.

De son côté, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) a affirmé que 350 millions de personnes, parmi les plus pauvres du monde, dépendaient des forêts pour leur subsistance quotidienne et leur survie à long terme. Le bois est encore la première source d'énergie pour le chauffage et la cuisson d'un tiers de la population mondiale.

ATS