Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

De plus en plus de jeunes retraités recourent aux prestations complémentaires en raison d'un avoir insuffisant de prévoyance professionnelle. Ruptures familiales et professionnelles en sont les principales causes, selon la Haute école spécialisée de Berne (HESB).

En Suisse, environ 12% des bénéficiaires de l'AVS reçoivent des prestations complémentaires pour assurer leur minimum vital, montre l'étude de la HESB. Alors que ce taux est resté stable durant les 15 dernières années, la part des aînés âgés de moins de 70 ans a sensiblement augmenté, passant de 5,9% en 1999 à 8,6% en 2012.

Une prévoyance professionnelle insuffisante en est la cause, au contraire des plus âgés, qui ont des difficultés d'argent en raison des coûts de la santé croissants. Les défaillances dans la LPP proviennent entre autres d'interruption dans l'activité professionnelle, d'emplois instables, de bas salaires, de divorce ou encore de problèmes de santé.

Des groupes à risque

Parmi les bénéficiaires de prestations complémentaires chez les jeunes retraités figurent notamment les étrangers, les divorcés, les célibataires et les femmes. Les situations particulièrement graves concernent les cas où plusieurs facteurs se cumulent: comme chez les étrangers divorcés (35,4%), des Suissesses divorcées (21,4%) et les hommes suisses célibataires (19%).

La haute école s'attend à une hausse de demandes de PC pour les nouveaux retraités en raison de la génération des baby boomers qui va entrer en retraite ces prochaines années et qui seront également exposés à ces nouveaux risques professionnels et privés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS