Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un volcan de Nouvelle-Zélande, qui représentait le Mont de la désolation dans l'adaptation cinématographique de la trilogie "Le seigneur des anneaux", pourrait se réveiller sous peu, ont indiqué lundi les autorités. Elles ont noté une montée de la pression dans une cheminée souterraine.

Le département de la Protection, qui veille sur le patrimoine naturel et historique néo-zélandais, a demandé aux randonneurs d'éviter le sommet du Mont Ruapehu.

"La situation actuelle ne peut pas continuer. Ruapehu est entré dans une telle activité que ses températures ne cessent de monter ou de baisser, de beaucoup", a dit à Radio New Zealand Harry Keys, chargé des risques volcaniques au sein du département de la Protection.

"Tôt ou tard, la situation va se corriger, par petits pas et de manière relativement pacifique, ou alors par une éruption significative", a-t-il ajouté.

800 degrés Celsius

Selon l'organisme de surveillance, le GNS Science, la température relevée quelques centaines de mètres sous le lac du cratère de ce volcan sur l'île du nord est de quelque 800 degrés Celsius. Mais la température du lac n'est que de 20 degrés.

Cette situation signifie qu'une cheminée est partiellement bouchée, provoquant une montée de la pression qui accroît la possibilité d'une éruption "au cours des prochaines semaines ou mois", selon GNS Science.

Le mont, culminant à 2797 mètres d'altitude, est entré en éruption en 2007, projetant un lahar (une coulée boueuse d'eau et de cendres volcaniques descendant les flancs à très grande vitesse), mais sans faire de victime.

En 1953, un gigantesque lahar projeté par le volcan avait englouti un pont et envoyé dans la rivière Whangaehu un train, provoquant le décès de 151 personnes, soit l'accident ferroviaire le plus meurtrier du pays.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS