Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Roche renforce son portefeuille de traitements contre le virus de l'hépatite C. Le groupe pharmaceutique bâlois a conclu avec le laboratoire américain Anadys Pharmaceuticals un accord de reprise de ce dernier. La transaction se chiffre à 230 millions de dollars (205 millions de francs).

L'acquisition de la société, établie à San Diego, en Californie, sera réglée en liquide, au prix de 3,70 dollars par action, a précisé lundi Roche. Ce montant dépasse de 256% à la valeur du titre Anadys à la clôture du vendredi 14 octobre.

Roche considérera l'offre publique d'achat (OPA) comme réussie après avoir repris au moins la moitié de l'ensemble de toutes les actions de la société californienne, y compris celles déjà en sa possession. Les membres du directoire et les dirigeants d'Anadys, qui détiennent 7,9% du capital-actions, se sont engagés à céder leurs titres et à soutenir l'opération.

Roche espère finaliser la transaction cette année encore. Anadys développe des thérapies orales à base de petites molécules contre l'infection de l'hépatite C. Le Setrubovir, son médicament le plus avancé, fait actuellement l'objet d'une étude clinique de phase II dans le cadre d'une utilisation combinée avec les médicaments Pegasys et Copegus, développés par le géant rhénan.

Dernière acquisition en août

Anadys développe également le médicament ANA773. Ce traitement pourrait se montrer efficace contre l'hépatite C, ainsi que d'autres infections chroniques et cancers.

La dernière acquisition annoncée par Roche remonte à août dernier avec la reprise de la totalité d'une autre société californienne, BioImagene, pour 100 millions de dollars. Ce rachat doit permettre au laboratoire bâlois de renforcer ses activités dans le diagnostic histologique du cancer et la recherche contre la maladie.

Auparavant, soit en mai, Roche a repris la société Medingo, contrôlée par le groupe israélien Elron, pour quelque 200 millions de dollars, dont un paiement initial de 160 millions de dollars. Cette acquisition vise à compléter le portefeuille de produits du laboratoire rhénan pour le traitement du diabète.

ATS