Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Roger Federer: 2011, l'année de la reconquête

Berne - 2011, l'année de ses trente ans, sera l'année de la reconquête: tel est le message délivré par Roger Federer après sa cinquième victoire au Masters, acquise à Londres après son succès 6-3 3-6 6-1 devant Rafael Nadal.
"J'attends avec impatience l'Open d'Australie dans un mois et demi. Mon parcours à Londres me procure une confiance énorme pour attaquer 2011", souligne-il. Même si l'écart qui le sépare aujourd'hui au classement de Rafael Nadal - 3305 points - ne lui permet pas de bénéficier d'une "fenêtre de tir" avant juillet pour occuper une troisième fois cette place de no 1, le Bâlois évolue à nouveau à un niveau qui légitime son ambition de reprendre le pouvoir.
L'apport depuis cet été de Paul Annacone a, bien sûr, joué un rôle essentiel dans ce renouveau. L'ancien mentor de Pete Sampras l'a convaincu que son salut passait par un tennis plus offensif. Face à Nadal, il n'a ainsi pas hésité à suivre son service au filer. Il s'était décidé pour un plan de jeu qu'il a parfaitement respecté.
Avec un titre du Grand Chelem en Australie, le Masters, un Masters 1000 (Cincinnati), un tournoi 500 (Bâle) et un tournoi 250 (Stockholm), Roger Federer présente un bilan qui ferait de lui un sportif suisse de l'année tout à fait respectable. Un bilan qui aurait été plus impressionnant encore s'il avait gagné les quatre rencontres qu'il a perdues cette année après avoir galvaudé des balles de match, contre Marcos Baghdatis à Indian Wells (3 balles de match), Tomas Berdych à Miami (1), Novak Djokovic à Flushing Meadows (2) et Gaël Monfils à Paris-Bercy (5).
"Mais malgré ces quatre défaites, cette année fut, à mes yeux une grande année, poursuit-il. Je n'ai plus l'ambition de gagner dix à douze titres par an comme par le passé. Regardez Nadal ! Il fait une année de +dingue+ mais il ne gagne que sept tournois. Nous jouons tous les deux surtout pour les tournois du Grand Chelem et les Masters 1000. Je m'attache avant tout à être constant de janvier à novembre. L'une des clés de ma réussite fut les deux cycles d'entraînement auxquels je me suis astreint après Wimbledon et l'US Open. A mes yeux, c'est la régularité qui doit primer. On ne peut plus tout gagner dans la saison !"

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.