Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Je voulais revoir Montréal. Revoir les fans, la ville..." Comme Robert Charlebois qui le chante si bien, Roger Federer assure que Montréal lui a manqué.

L'homme aux dix-neuf titres du Grand Chelem cherchera cette semaine à s'imposer pour la première fois au Québec où il n'est plus revenu depuis six ans. Roger Federer entamera son tournoi mercredi soir, au lendemain de son 36e anniversaire, contre un Canadien, Vasek Pospisil (ATP 76) ou Peter Polansky (ATP 116).

"Je préfère jouer des matches plutôt que de m'entraîner. J'ai le sentiment d'ailleurs de m'être suffisamment entraîné ces derniers mois... Je veux également surfer sur la vague après Wimbledon même si je sais qu'il est difficile de relancer la machine après avoir réécrit l'histoire comme je l'ai fait à Londres, explique-t-il. D'ailleurs, je n'ai pas encore trouvé le bon rythme ici sur le court en raison du vent notamment."

Venu sans sans sa famille au Québec où Rafael Nadal pourra redevenir no 1 mondial s'il se hisse dans le dernier carré, Roger Federer affirme toutefois qu'il est prêt. "La priorité, c'est l'US Open qui débute dans deux semaines. Je veux arriver à New York dans les meilleures dispositions, explique-t-il. Si je n'étais pas apte à jouer ces prochains jours, je ne serais pas venu à Montréal. Mais là, je me sens très bien. Je suis prêt à jouer."

Le Bâlois a, enfin, eu une pensée pour Stan Wawrinka qui ne jouera plus cette année en raison de sa blessure au genou. "Je suis très triste pour Stan, dit-il. Il aurait mérité de défendre son titre à New York. Où il avait tellement bien joué l'an dernier. J'espère qu'il restera fort, positif. Il peut revenir au premier plan comme j'ai pu le faire cette année. Il a la chance de pouvoir compter sur une superbe équipe autour de lui."

ATS