Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tatjana Maria étudie la possibilité de saisir la justice après sa défaite contre la Française Alizé Cornet jeudi au 2e tour de Roland-Garros.

L'Allemande estime que le juge-arbitre a été trop bienveillant avec son adversaire. La 111e joueuse mondiale, battue 6-3 6-7 (5/7) 6-4, reproche à Alizé Cornet d'avoir sollicité à plusieurs reprises le kiné durant la rencontre pour soulager des crampes, une entorse au règlement, insiste-t-elle. L'Allemande précise que le recours en justice qu'elle envisage ne sera pas dirigé contre la 50e mondiale.

"Je veux m'engager (dans une action en justice) parce que ce qui s'est passé pendant le match était contre les règles. Je pense que c'est important pour le sport. Ce n'est pas une question de défaite. Ça, je l'accepte", a affirmé vendredi la joueuse de 28 ans à l'agence de presse SID, filiale allemande de l'AFP.

L'Allemande a précisé que son mari, Charles-Edouard, avait consulté un avocat français spécialisé dans le droit du sport. "Alizé, on sait qu'elle fait du cinéma, ce n'est pas nouveau, c'est sa façon de gagner. Mais à un moment donné, on ne peut pas lui permettre de faire son show", a affirmé ce dernier au journal L'Équipe.

La Niçoise soutient avoir sollicité le kiné pour traiter une contracture à la cuisse gauche et non ses crampes. Son attitude pendant la partie et la phrase prononcée après devant les radios - "sans les crampes, j'aurais gagné en deux sets" - lui ont valu railleries et remontrances sur Twitter jusque dans le camp français. "J'ai tendance à être chauvin, mais là, j'ai un peu de mal Alizé", a écrit Pierre-Hugues Herbert. "C'était pour rendre hommage à Zlatan (Ibrahimovic)", a ironisé Nicolas Mahut, qui joue en double mixte aux côtés de Tatjana Maria.

"En aucun cas, je n'ai voulu manquer de respect à Tatiana Maria ce soir. C'était un gros match où j'ai beaucoup souffert et elle méritait la victoire autant que moi", a tenu à préciser Alizé Cornet. "Je n'ai absolument pas triché, d'aucune manière que ce soit, et j'ai tout simplement donné tout ce que j'avais...", a-t-elle ajouté.

ATS