Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mitt Romney, le favori républicain pour la présidentielle de 2012, a plaidé vendredi pour une diplomatie américaine plus musclée. Il a assuré que Dieu avait créé les Etats-Unis pour dominer le monde et que le président Barack Obama avait affaibli le pays.

Mitt Romney a choisi une école militaire de Charleston, en Caroline du Sud, pour prononcer son premier grand discours de politique étrangère. "Dieu n'a pas créé ce pays pour être une nation de suiveurs", a-t-il lancé entouré d'élèves officiers en uniforme. "L'Amérique doit diriger le monde, ou bien quelqu'un d'autre le fera", a-t-il lancé.

Selon M. Romney, sous l'administration Obama, l'économie, la défense et les valeurs américaines ont décliné. "Si vous ne voulez pas que l'Amérique soit le plus grand pays du monde, je ne suis pas votre président. Vous avez ce président aujourd'hui", a-t-il dit sous les applaudissements.

Suprématie militaire

M. Romney a assuré qu'il s'emploiera, s'il est élu à "reconstruire l'économie de l'Amérique" et à "revenir sur les réductions budgétaires massives du président Obama dans la défense". "Les Etats-Unis doivent toujours conserver leur suprématie militaire pour dissuader leurs agresseurs potentiels et défendre leurs alliés", a-t-il ajouté.

Ce ton viril rappelle la politique de l'ex-président George W. Bush et sa doctrine de frappes préventives contre la terreur. "Nous nous réservons le droit d'agir seuls pour protéger nos intérêts nationaux", a dit M. Romney après avoir fait l'état des lieux des dangers potentiels pour les Etats-Unis.

En tête

Au centre des préoccupations auxquelles il faut répondre, selon M. Romney, se trouvent "les visions anti-américaines de l'Iran, de la Corée du Nord, du Venezuela et de Cuba". Le candidat républicain a aussi désigné la Chine qui veut devenir une "superpuissance" et la Russie "dirigée par un homme qui croit que l'Union soviétique était le bien et non le mal".

Selon un sondage de l'Université de Quinnipiac publié cette semaine, Mitt Romney est le favori de la primaire républicaine avec 22% des intentions de vote, devant Herman Cain (17%) et Rick Perry 14%.

ATS