Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney a cherché à prendre ses distances dimanche avec le projet budgétaire de son colistier Paul Ryan, pour se protéger des critiques des démocrates. Mais Barack Obama n'a pas tardé à décocher ses premières flèches contre M. Ryan.

Choisi samedi par M. Romney comme son potentiel vice-président, l'élu du Wisconsin à la Chambre des représentants est l'auteur d'un plan d'aissainissement des finances qui plaide pour de profondes coupes budgétaires. L'objectif est de remédier à ce que son parti appelle des niveaux insoutenables de dette et de dépense publiques américaines.

S'exprimant sur la chaîne CBS, M. Romney a refusé de reprendre ouvertement à son compte ce programme d'austérité. "J'ai mon idée de budget", a-t-il déclaré lors de leur premier entretien donné conjointement à la télévision. "Et c'est sur ce budget que nous ferons campagne."

Révision de Medicare

Les propositions de M. Ryan incluent une révision de Medicare, le système d'assurance de santé pour les seniors, sujet politique sensible, et la mise en place d'un système de bons permettant aux futurs retraités de choisir entre une couverture privée et le programme habituel.

La désignation de M. Ryan a redonné une nouvelle énergie dans la campagne des républicains, qui espèrent notamment séduire l'électorat du Tea Party grâce aux positions ultraconservatrices de M. Ryan en matière fiscale. "Si on joue bien le coup, cela peut se retourner contre eux (les démocrates)", a ainsi estimé Charlie Black, stratège du camp républicain.

Obama offensif

Dans ce contexte, la stratégie des démocrates va désormais être de présenter le candidat à la vice-présidence comme une menace et de rallier les électeurs indépendants, mais également les personnes âgées et les libéraux sur le risque d'une remise en cause de Medicare.

C'est ce qu'a fait le président Barack Obama dimanche en décochant ses premières flèches contre M. Ryan. Il l'a décrit comme "le patron idéologique" des parlementaires républicains dont les projets risquent de peser sur la classe moyenne américaine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS