Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Le comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale a demandé vendredi à la France d'éviter les rapatriements collectifs de Roms. En même temps, il a saisi les institutions européennes d'un problème général qui requiert des solutions au niveau européen.
Le comité s'inquiète "de la montée des manifestations et violences à caractère raciste envers les Roms" en France. Le gouvernement français doit "intensifier ses efforts afin de combattre et enrayer la montée du racisme et de la xénophobie en utilisant tous les moyens", affirment les 18 experts de l'ONU dans leurs conclusions.
Le comité regrette le fait que "des Roms ont été renvoyés de manière collective dans leurs pays d'origine, sans que n'ait été obtenu le consentement libre, entier et éclairé de tous les individus concernés".
Les experts recommandent à la France "d'éviter les rapatriements collectifs" en respectant pleinement les droits des Roms. La France doit garantir l'accès des Roms à l'éducation, à la santé, au logement et autres infrastructures.
Réaction de ParisLe comité affirme également qu'il est "très préoccupé" par les difficultés rencontrées en France par les gens du voyage (à 95% français, à la différence des Roms), notamment dans leur liberté de circulation, l'exercice du droit de vote, l'accès à l'éducation et à un logement décent.
"La France respecte scrupuleusement la législation européenne et ses engagements internationaux", a réagi à Paris un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.
Reconnaissant que les Roms roumains ou bulgares jouissent, en tant que citoyens de l'Union européenne, "de la liberté de circulation et du droit au séjour sur le territoire des Etats membres", il a rappelé que cela ne leur offre pas "un droit inconditionnel au séjour".
Les expulsions de Roms se poursuivent en France, dont jeudi un nouveau vol vers la Roumanie avec 300 Roms à son bord. Depuis le début de l'année, 8313 Roumains et Bulgares ont été expulsés, contre 9875 pour l'ensemble de 2009.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS