Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Aviron - Le bilan des deux bateaux olympiques suisses engagés ce week-end à l'étape de Coupe du monde du Rotsee (LU) est mitigé.
Le quatre poids léger sans barreur, qui vise une performance de pointe aux JO de Londres, s'est classé 6e de la finale A, tandis que le quatre de couple a dû se contenter de la finale B (10e).
Les perspectives du quatre poids léger formé de Mario Gyr, Simon Niepmann, Simon Schürch et Valentin Gmelin, restent assez difficiles à cerner. Point positif, le quatuor s'est hissé pour la troisième année de suite en finale A au Rotsee, la régate la plus relevée du monde. Tout en devant composer cette année sans le Genevois Lucas Tramèr, convalescent après sa récente opération à un poignet. En finale toutefois, l'embarcation a calé après 500 m, concédant une douzaine de secondes aux vainqueurs chinois et près de six aux Français, cinquièmes.
Même si dans l'ensemble le remplaçant Valentin Gmelin s'est bien défendu, l'équipe compte fermement sur le retour de Tramèr pour les JO. Le rameur de Versoix manquera encore les finales de la Coupe du monde à Munich à la mi-juin mais devrait être d'attaque pour fin juillet.
Le quatre de couple (André Vonarburg, Nico Stahlberg, Florian Stofer et Augustin Maillefer) a davantage de pain sur la planche. André Vonarburg, l'expérimenté rameur de 34 ans qui s'apprête à disputer ses quatrièmes Jeux olympiques, est convaincu que son embarcation est plus forte que l'an dernier. Le problème est que tout le monde progresse: "Je n'ai jamais vu ça dans ma carrière, le niveau général est beaucoup monté", observe le Lucernois.
Augustin Maillefer, le rameur du Lausanne-Sport qui remplace son frère aîné Jérémy, fait le même constat: "Ici au Rotsee, c'est du sérieux! En séries, nous avons battu les champions olympiques (la Pologne) et en repêchages, nous devançons les champions du monde (l'Australie, mais ce fut insuffisant)." Il faudra que ça bouge encore, dans un sens favorable aux Suisses cette fois, pour que le quatre de couple helvétique puisse prétendre à la finale A à Londres.

ATS