Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

RUAG supprime au final 62 emplois dans son unité d'affaires Land Systems, à Thoune (BE). A l'issue de la procédure de consultation avec les partenaires sociaux, le groupe actif dans l'armement et l'aéronautique va licencier 22 salariés. Quarante autres pourront bénéficier d'une retraite anticipée.

Ouvertes à fin mai après l'annonce de la suppression prévue de 65 postes à Thoune, les discussions avec les représentants des employés ont permis de trouver une possibilité d'emploi pour quelques collaborateurs dans d'autres secteurs, écrit mardi l'entreprise bernoise en mains de la Confédération. RUAG a prévu un plan social pour les employés licenciés.

Ces derniers pourront aussi bénéficier de l'aide des autorités cantonales et de partenaires externes pour leur réorientation professionnelle. Les discussions avec les représentants des employés ont également débouché sur l'idée de créer un fonds pour les cas de rigueur.

Expiration de deux projets

La restructuration de Land Systems, une unité de la division RUAG Defence spécialisée dans la modernisation de systèmes d'armement lourds et les blindés, fait suite à l'expiration en fin d'année de deux importants projets portant sur plusieurs années et liés à l'armée suisse. Il s'agit du programme de modernisation pour le char Leopard et de la livraison du char de génie et de déminage Kodiak.

RUAG, qui emploie quelque 7700 collaborateurs dans le monde, avait déjà dû restructurer en novembre 2011 sur son site uranais d'Altdorf, dans son unité de génie mécanique. Quarante postes étaient initialement menacés, mais seuls 15 avaient été supprimés, grâce au recours au chômage partiel.

ATS